Marcelle de Kenzac

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

*  3.4.1919 Genève. Née Marcelle Kauffmann. ∞ 1951 →Paul Fabien Perret-Gentil, éditeur.

K. suit les cours de piano donnés par Mme Cheridjian-Charrey au →Conservatoire de Genève, jusqu’au diplôme en 1937. Elle débute comme comédienne à Genève avec la compagnie fondée par son futur mari, le Théâtre de Suisse Romande, en jouant l’Infirmière dans Il est minuit docteur Schweitzer de Cesbron, que met en scène →René Habib au Théâtre de la Cour Saint-Pierre (1952). Le 4 décembre 1953, elle ouvre à Lausanne le →Théâtre du Petit-Chêne, dont elle est directrice, actrice et metteur en scène principale jusqu’à la fermeture de cette scène en avril 1959. Elle y interprète notamment Thérèse dans Hôtel des neiges de Robert Boissy réalisé par →Roland Jay (1953) et la frêle Laura dans La Ménagerie de verre de Tennessee Williams que met en scène →Alfred Penay (1954). Parmi les 42 pièces données au Petit-Chêne, elle-même en réalise les trois quarts et monte entre autres Doit-on le dire? (1954), Le Prix Martin (1955) et Célimare le bien-aimé (1957), de Labiche, Des souris et des hommes de Steinbeck (1956), La Belle Rombière de Clevers et Hanoteau (1957) et des auteurs comme Roger Ferdinand, Marc-Gilbert Sauvajon, André Roussin, Valentin Kataïev ou Pierre Sabatier qui adapte aussi Agnès de →Max Frisch où elle tient aussi le rôle-titre (1958). Elle réalise deux pièces de G. B. Shaw, Le Héros et le Soldat où elle joue Louka (1955) et Candida où elle est Candida (1956). Elle travaille aussi avec le →Théâtre de Poche de Genève, alors dirigé par sa belle-fille →Fabienne Faby et qui présente un répertoire similaire: elle y monte notamment durant le saison 1960/61 Magie rose de John Van Druten, où elle a le rôle de la reine Guerain, et Adam de Marcel Achard. Ensuite, elle se consacre à l’édition jusqu’en 1992.



Autrice: Sylvie Johner



Source:

Johner, Sylvie: Marcelle de Kenzac, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 2, p. 987, voir figure p. 988.

Normdaten