Marius Chamot

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

* 10.1.1880 La Chaux-sur-Cossonnay VD, † 16.11.1937 Lausanne VD.

À Lausanne, C. est dès 1908 comédien amateur au Théâtre du Peuple puis à →La Muse, Lausanne VD, qui monte ses premières pièces. En 1913, il écrit coup sur coup De la plaine au chalet ou les Amours d’Auguste, en deux actes, et François de la Goille, pièce vaudoise en trois actes; l’une comme l’autre pièce encourage paysannes et paysans à rester attachés à leur terre. Biens accueillis, ces premiers essais l’incitent à fonder en 1915 le →Théâtre Vaudois, avec notamment →Auguste Huguenin, metteur en scène, Gustave Waldner, compositeur, et quelques comédiens. Cette compagnie crée au cours des vingt années suivantes plus de vingt-cinq de ses pièces, pour la plupart demeurées inédites, qui ressortissent de la vaudoiserie: comédie légère, toujours pudique, se moquant complaisamment de petits travers, dans un parler régional voire patoisant. Ce théâtre rural met en jeu des personnages paysans ou montagnards dans leur cadre naturel, faisant rire un immense public, tant rural que citadin. Les éditions Foetisch Frères en éditent une demi-douzaine à l’intention des compagnies d’amateurs, dont Piclette, personnage à la malice pleine de gros bon sens villageois (1915), qui devient vite emblématique et suscite une suite, Piclette se marie, Melune et Gotroset, qui raille les ambitions politiques de village, et Trois poires blettes histoire de trois vieux garçons et d’une jeune serveuse qui les mène par le bout du nez. Le Théâtre Vaudois monte aussi L’Amour et la Guerre, trois actes, puis La Muse de Lausanne donne au Kursaal de Lausanne D’accord! (27.10.1917) et, au Théâtre de Lausanne, Jean-Louis aux frontières qui raconte les aventures d’un soldat vaudois mobilisé (3.10.1918) spectacle comptant plus de 250 représentations en 1940. Viennent ensuite, toujours par La Muse, Le Dragon Bougnet, comédie en trois actes et La Rose du Chalet, opérette alpestre sur une musique de Gustave Waldner (24.9.1919), et en 1921/22 Pas tant de manières!, à nouveau au Kursaal (16.2.1921), puis Dodo tambour. Les deux pièces les plus abouties de C. sont sans doute Le Meidze, affrontement sans merci et cocasse d’un guérisseur et d’un médecin, dans un village où les habitants sont contraints à toutes les ruses pour se faire soigner, et Rapiats sur les ravages causés par la rapacité avaricieuse (1924); elles ont été publiées dans Le Mois théâtral (no 9, 1935 et no 21, 1936). Suivent encore, toujours réalisées par La Muse: Un crâne Lulu, Monsieur Potterat se marie (tiré du roman de Benjamin Vallotton), Une serpent, Y en a point comme nous!, Notre Auguste, Sonnailles et Toupins au Théâtre municipal d’Avignon (1927), Beau mossieu, Ses colles, Fricasse, Le Pacha de Bufflens, Pogan détective, Roillebot, A té, a mé! et divers duos comiques. Au printemps 1934, le Théâtre Vaudois présente encore sa comédie musicale en trois actes Cornet à la crème, avec le concours d’artistes professionnels du Kursaal de Lausanne, au Kursaal et en tournée.

Bibliographie

  • Alexandre Cingria, in L’Œuvre, Association suisse romande de l’art et de l’industrie, 9 / 5-6, Genève, juin-juillet 1925.
  • Gaston Bridel, Le Théâtre en Suisse romande, 9e Annuaire de la Société suisse du théâtre, Lucerne, 1937.
  • Auguste Huguenin, La Belle Époque, Lausanne, 1951; et La Joyeuse Époque du Théâtre Vaudois, Lausanne [1956].


Auteur: Joël Aguet



Source:

Aguet, Joël: Marius Chamot, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 1, p. 369–370.