Massimo Furlan

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

*  8.10.1965 Lausanne VD.

Diplômé de l’École Cantonale des Beaux-Arts de Lausanne (1984-88), F. élabore son premier décor pour la troupe d’amateurs du →Théâtre Les Trois P’tits Tours à Morges (1987) et y rencontre le metteur en scène →Denis Maillefer, pour qui il conçoit la scénographie de Fool for love de Sam Shepard à la Dolce Vita à Lausanne (1987). Ensemble, ils fondent en 1989 le Théâtre en Flammes, compagnie dont F. signe dès lors presque toutes les scénographies (1988-2003). Il conçoit dans un premier temps des espaces scéniques construits sur la verticalité de grandes parois murales monochromes à la texture travaillée, déployées selon de grands angles d’ouverture comme pour Streamers de David Rabe à l’→Arsenic (1992) ou Hall de nuit de Chantal Ackermann au →Théâtre du Grütli (1993), parfois mobiles comme pour Roberto Zucco de Koltès à l’Arsenic (1995). Dès 1998, il propose des lieux jouant essentiellement sur la transparence et le cadrage de l’image, comme pour La Cerisaie de Tchekhov (1998) et Bérénice de Racine (2000), à l’Arsenic, ou pour La Supplication d’après Svetlana Alexievitch donnée aux anciens ACMV - Ateliers de constructions mécaniques de Vevey (2001). Il réalise aussi des décors pour →Pierre Bauer (1990-95), entre autres ceux d’Étranglements d’Howard Brenton au Nouveau Théâtre de Belgique (1990) ou Elephant man de Bernard Pomerance à l’→Octogone de Pully (1992). En 2001, il conçoit les espaces scéniques du chorégraphe →Philippe Saire pour Impostures au →Théâtre Sévelin 36 (9.3.2001) et Les Affluents au →Luzerner Theater (26.11.2001). Son activité de scénographe est fortement nourrie de sa pratique de plasticien qui cherche à revisiter ou réinterpréter les éléments de mémoire, la trace, les résurgences du passé. Cette démarche le mène à présenter plusieurs performances avec le soutien de l’Arsenic, dans le cadre du festival Les Urbaines de Lausanne: Je rêve / je tombe (2000), Live me / love me (2001), et au stade de la Pontaise à Lausanne Numero Ventitre / 23 (2002). Il expose dès 1987, surtout en Suisse romande, et régulièrement à Lausanne aux galeries Basta (1988, 1990), Aparté (1993 et 1997 avec catalogue, 1995, 2000), puis à l’Espace Saint-François. En 2001, il reçoit le prix jeunes créateurs pour les beaux-arts de la Fondation vaudoise pour la promotion et la création artistiques.



Auteur: Joël Aguet



Source:

Aguet, Joël: Massimo Furlan, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 1, p. 660.