Michel Bühler

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

*  30.4.1945 Berne.

Instituteur au Brassus et aux Tuileries de Grandson (1965-69), il se consacre ensuite, dès 1969, entièrement à la chanson, comme auteur, compositeur, interprète. En trente-cinq ans, à son rythme, il sort une quinzaine d’albums, où il développe en près de deux cents titres une parole libertaire (Helvétiquement vôtre, Vivre nus, Immigré) contestant l’ordre quiet de la Suisse (Ici, Le pays qui dort, Rasez les Alpes). Souvent tendre et nostalgique (Simple histoire, Il aimait les rires), il chante avec virulence les conflits ouvriers, mais aussi le spleen de Paris (Rue de la Roquette), la douleur et la misère morale, comme les combats pour la dignité (Jusqu’à quand). Ses chansons cultivent générosité, tendresse, humanisme, colère efficace, refus de l’injustice et un engagement international qui ne se dément pas. À sa poésie percutante se mêle une belle rigueur musicale. En 1976, il s’installe à L’Auberson. Quelques-uns de ses premiers textes, accompagnés de documents biographiques, paraissent sous le titre Contes et Chansons (Lausanne, Favre, 1980). En 1988, il offre un premier spectacle musico-théâtral, Le Retour du Major Davel, qu’il interprète seul à l’→Octogone de Pully (28.1.1988), et présente en tournée pour plus de cent représentations. Ce récit historique personnalisé est entrecoupé d’une douzaine de chansons simples, amusantes ou bouleversantes, qu’il enregistre dès l’automne 1987 et grave sur vinyle à l’occasion du spectacle. Le texte en est publié l’année suivante (Yvonand, Bernard Campiche, 1989), avec La Véritable Histoire de Guillaume Tell, parodie historique créée aussi à l’Octogone dans une mise en scène de →Gérard Bétant. L’auteur y tient le rôle de Tell, accompagné de douze autres interprètes (18.3.1989). En 1990, il crée de même L’Affaire Elvira Sanchez (Lausanne, Favre, 1990), trafic de drogue et compromissions politiques au plus haut niveau (15.3.1990). Au début de 1993, il réalise avec Sarclo, →Léon Francioli et Gaspard Glaus un spectacle de chansons de →Gilles, Hommage à Gilles, tourné dans toute la Suisse romande. Dans le registre de la comédie de mœurs, L’Ombre du zèbre, parodie magnifique du racisme ordinaire, est créée par le →Théâtre Tel Quel, Lausanne VD sous son chapiteau à Lausanne dans une mise en scène de →Georges Brasey (15.11.1994). Le texte en est édité, précédé du monologue L’Homme qu’il nous faut, suite de divagations d’un homme politique populiste d’extrême droite, pièce présentée par son auteur d’abord à Moutier (8.5.1994) avec un arrangement musical de →Léon Francioli (Lausanne, L’Âge d’homme, 1994). L’auteur produit aussi de grandes fresques populaires comme Le Chasseur de loup, farce située peu après la victoire des Confédérés sur Charles le Téméraire à Grandson, donnée par trente acteurs, dont quelques professionnels, et huitante choristes au pied du château de Grandson sous la conduite de →Gil Pidoux (19.6.1991); le texte est édité par Les Cahiers du Balcon du Jura (1991), comme Les Canons de la Lance offerts de même à Grandson durant l’été 1998 avec acteurs, choeur et fanfare, dans le cadre du 200e anniversaire de la Révolution vaudoise. Il écrit aussi Le Barbier de la Corde, réalisé à Moudon en 2003 et qui paraît alors au Crêt Papillon. Il publie par ailleurs plusieurs récits et romans: Les Contes de l’apothicaire (1970) et Avril 1990 (1972) chez Kesselring; La Parole volée, sur un conflit ouvrier déclenché en 1982, ouvrage publié (Yvonand, Campiche, 1987), honoré du prix littéraire Lipp (Genève 1988) et traduit (Das Gestholene Wort, Limmat Verlag, 1990). Il fait paraître ensuite quatre romans chez Campiche: Cabarete (1992), Un Notable (1995), La Plaine à l’eau belle (1999), Lettre à Menétrey (2003). Il a aussi écrit le scénario original de Charmants voisins, téléfilm coproduit par la Télévision Suisse Romande (1997).



Auteur: Joël Aguet



Source:

Aguet, Joël: Michel Bühler, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 1, p. 293–294.