Michel Corod

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

* 2.7.1935 Corcelles-près-Payerne VD.

C. étudie dès 1952 avec →Germaine Tournier au Conservatoire populaire de Genève et suit les cours de théâtre dramatique et lyrique de Georges Marny et de Robert Murzeau à Paris (1955-56), puis il tient notamment des rôles de ténor comique dans les opérettes du Théâtre du Châtelet que dirige Maurice Lehmann, et joue au Théâtre de Mulhouse (1960/61). À Genève, sous la direction d’→Henri Lauriac, il participe à plusieurs revues de Jycé au →Carénage de Port-Gitana (1964 et 1967), puis à celles réalisées par →Claude Fradel au →Casino-Théâtre (1969, 1970, 1973), où il interprète aussi les jeunes premiers dans des spectacles mis en scène par Lauriac. De 1963 à 1972, il est à la →Comédie de Genève, Genève GE dirigée par →André Talmès: il y crée notamment le personnage de Valentin dans L’Orpailleur ou le Trésor de Mandrin de Jacques Aeschlimann présenté par Dominique Rozan (23.3.1966) et joue les jeunes premiers comme Armand Desroches dans Le Voyage de Monsieur Perrichon de Labiche mis en scène par →Jean Bruno, Clitandre dans Le Misanthrope de Molière réalisé par Jean Piat, ou Spanna dans Un cas intéressant de Dino Buzzati monté par →Gérard Carrat (1972). Il joue avec les Artistes Associés de Lausanne, notamment Paul Cassagnon dans La Cuisine des anges d’Albert Husson présentée par Marcel Vidal (1973/74) puis met en scène L’Homme et les armes de G. B. Shaw au →Nouveau Théâtre de Poche à Genève en 1980, Histoire de nuit d’O’Casey au →Centre Dramatique de Lausanne (CDL) en 1982 et réalise avec →Corinne Coderey Un amour qui attend la mort à l’→Octogone de Pully (1983). Au →Théâtre du Grütli à Genève, il monte pour le →Théâtre Mobile Par-delà les marronniers de Jean-Michel Ribes et, en collaboration avec →Jean-Charles Simon, Chantecler d’Edmond Rostand (1984), signant aussi chorégraphie et mise en scène pour Les Salons de la reine Woodoo de →Bernard Bengloan au →Théâtre de Vidy (28.2.1984). Au →Théâtre Municipal de Lausanne, il met en scène Tom Paine de Paul Forster, production du CDL avec une musique de →Jean-François Bovard (1986). À la Radio Suisse Romande, il met en ondes des pièces d’auteurs contemporains depuis 1973. Il prend part à la fondation de l’Antenne suisse de Théâtrales (1982). Il enseigne la danse de salon à la →SPAD et à l’→ÉSAD (1987-2003).



Autrice: Luisa Campanile



Source:

Campanile, Luisa: Michel Corod, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 1, p. 409.

Normdaten