Michel Rossy

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

*  2.3.1957 Genève.

Avant d’entrer à l’→ÉSAD (1976-77), R. débute au →Théâtre de Carouge-Atelier de Genève dans Lear d’Edward Bond, créé en français par Ingemar Lindh (22.1.1975), puis au →Théâtre Populaire Romand pour Le Dragon d’Evguéni Schwartz que réalise →Charles Joris (1975). À Carouge, sous la direction de →François Rochaix, il participe à La Résistible Ascension d’Arturo Ui de →Bertolt Brecht (1976), puis à la reprise de Sauvages de Christopher Hampton (1978). Il fait partie des fondateurs du Théâtre Trec (1979-80), collectif pour lequel il est Carl, le gendre de Philippe Suchard de →Michel Beretti que met en scène →Catherine Sumi au Parc des Bastions à Genève (3.6.1980). Au Café Pernet de Carouge, il présente ensuite plusieurs spectacles de café-théâtre dont Les Pieds dans l’eau-de-vie de Pierre Holdener (1981) et Agilulfe des Guildivernes d’après Italo Calvino (1983). En 1983, il donne le prologue et partage le chœur des bergers avec →Michel Voïta dans Abraham sacrifiant de Théodore de Bèze monté par →Hervé Loichemol à la →Comédie de Genève, puis il tient le rôle-titre dans Macbeth de Shakespeare réalisé sur la Plaine de Plainpalais par →Bernard Meister. Pour ce dernier, il interprète aussi Braukmann dans La Conquête du Pôle Sud de Manfred Karge au →Théâtre Saint-Gervais (1989), puis au →Théâtre du Grütli dans Woyzeck de Büchner, il joue le Capitaine à la façon d’un Monsieur Loyal de petit cirque et reçoit le prix du meilleur rôle de soutien de la Quinzaine internationale de théâtre de Québec. Pour Meister, il est encore Bela dans Abel et Bela de →Robert Pinget à Saint-Gervais (1990) et Andreï dans Les Trois Sœurs de Tchekhov au Grütli (1993). Au Grütli, il signe avec →Jacques de Torrenté la mise en scène de L’École des femmes de Molière où il incarne Arnolphe (1992) et celle pour Le Revizor de Gogol (1993). Au →Nouveau Théâtre de Poche (NTP), il crée notamment le rôle de Sloop, le poète prisonnier, dans L’Heure bleue ou la Nuit des pirates de →Matthias Zschokke, dirigé par →Martine Paschoud (15.1.1993), et il est le détenu politique Valentin dans Le Baiser de la femme araignée de Manuel Puig réalisé par →Martine Charlet, d’abord au →Far à Nyon (1995). Puis sous la direction de Jacques de Torrenté, il incarne Georges, le mari impitoyable dans Qui a peur de Virginia Woolf ? d’Edward Albee (1997) et Marc, l’ami rationnel et froid dans le triangle masculin d’ "Art" de Yasmina Reza (1999). Au Théâtre de Carouge, il joue le valet Silvestre dans Les Fourberies de Scapin de Molière sous la direction de →Georges Wod (1998), puis interprète le rôle de l’innocent et massif Lennie dans Des souris et des hommes de Steinbeck que réalise Blaise Piguet (1999). Dans ce même théâtre, il signe la réalisation de Vu du pont d’Arthur Miller (2000) et de La Tête des autres de Marcel Aymé, où il a le rôle central du procureur Maillard (2001). Il tient souvent des personnages puissants, à la franchise brutale, comme le Chevalier dans Il Campiello de Goldoni dirigé par →Philippe Mentha au →Théâtre Kléber-Méleau (2000), le père Capulet dans Roméo et Juliette de Shakespeare que monte →Anne Bisang à la Comédie (2002) puis, au Théâtre de Carouge, Pompée dans Antoine et Cléopâtre de Shakespeare mis en scène par François Rochaix (2003) et le rôle-titre de L’Ami riche de Zschokke que réalise →Michel Kullmann (2003). Au cinéma, il est l’Inspecteur dans Signé Renart de →Michel Soutter (1985), un client du bistrot dans La Vallée fantôme d’Alain Tanner (1987) et le Révolutionnaire dans Jacques et Françoise de Francis Reusser (1990). Il enseigne l’art dramatique au →Conservatoire de Genève (1996-2001).



Autrice: Christine Klaus



Source:

Klaus, Christine: Michel Rossy, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 3, p. 1528–1529.