Narcisse René Praz

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

*  5.9.1929 Nendaz VS.

Après la maturité qu’il obtient à Fribourg en 1946, P. enseigne au Tessin (1948-51), fait partie d’une compagnie d’amateurs tessinois et rédige en italien sa première pièce, La Strega, encore inédite. Il vit ensuite alternativement en Suisse et en France et publie ses premiers romans, L’Intrus en 1954 et Tu ne tueras point en 1956. Son œuvre se compose de romans, de pièces de théâtre, dont certaines rédigées en patois, de poésie, de chansons et de peintures. Le Théâtre du Tertre à Paris représente deux de ses pièces, Le Guet-apens en 1965 et Clock City en 1966, dans une mise en scène d’Yves Bureau. Il se consacre ensuite à sa propre maison d’édition, La Pilule, qui publie sa comédie Le Pied-à-lune en 1975 et édite La Pilule, journal satirique (1970-75), suivi en 1976 par un hebdomadaire de la même veine, Le Crétin des Alpes. De retour à Nendaz en 1982, il s’adonne à la peinture et se consacre à la rédaction de pièces écrites dans le patois franco-provençal de sa région et destinées à une compagnie qu’il a lui-même fondée. Une de ses pièces, Dou ney de croué, jouée en plein air en 1985, lui vaut le premier prix interrégional de la fête cantonale du patois. Cette même année, il reçoit le prix valaisan de poésie pour ses chansons en patois. Certaines de ses pièces sont représentées: à Nendaz il donne E vève blantse en 1992, pièce dont la version française Les Veuves blanches est jouée en 1996, puis Dans l’arène est montée à Lyon en 1999. Il a rédigé des ouvrages autobiographiques dont La Croix et la Bannière (1983), Le Rocher de Sisyphe (1983) et Poète, prends ton luth et tire (1984).



Autrice: Anne Fournier



Source:

Fournier, Anne: Narcisse René Praz, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 2, p. 1431.