Neige Dolsky

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

*  10.3.1911 Paris (F), † 31.12.2002 Lausanne VD. De son vrai nom Lydia de Dolivo.

D. interprète la Mouette de Tchekhov dans la réalisation de →Paul Pasquier avec →Les Compagnons de la Marjolaine, à Lausanne (1935). En 1939 à la →Comédie de Genève, elle tient pour Étienne Hervier sous le pseudonyme de Nèjedolsky plusieurs rôles de servantes dont ceux de Lisette dans Le Jeu de l’amour et du hasard de Marivaux, d’Élise dans La Critique de l’École des femmes de Molière, et de Dora Parkoe dans L’homme qui se donnait la comédie d’Emlyn Williams. Dès les années quarante, elle joue notamment à Radio-Lausanne et revient sporadiquement à la scène, où sa voix et son jeu se prêtent à l’interprétation de personnages humbles, comme l’Innocent dans L’Arlésienne de Daudet que met en scène André Béart à Lausanne (1947) ou la paysanne Triduzza dans La Jarre de Pirandello réalisée par →Paul Pasquier dans les jardins de Rive-Reine, à La Tour-de-Peilz (1953). Par la suite, elle tient principalement des rôles de vieilles femmes que la vie a brisées. Elle est notamment la veuve Valette dans les nombreuses reprises de Monsieur Bonhomme et les Incendiaires de →Max Frisch que met en scène →Charles Apothéloz, de 1960 à 1967, avec le →Centre Dramatique Romand (CDR), et dans la version de →William Jacques à la Comédie de Genève (1973). En 1967, elle crée en français Olan, la mère chinoise dans La Muraille de Chine de →Friedrich Dürrenmatt, réalisée par Apothéloz au →Théâtre de Beaulieu à Lausanne (12.4.1967) et qui représente la Suisse au Festival International de Montréal. Elle est aussi Amalia, la femme du cordonnier dans Capitaine Karagheuz de →Louis Gaulis mis en scène par →Philippe Mentha pour le →Théâtre de Carouge et le CDR (1967-68). Elle joue une vieille paysanne dans Les Charognards de Robert Weingarten que crée Roger Blin, avec le Théâtre de Carouge, au →Théâtre Municipal de Lausanne (14.3.1968). Pour Domingos Semedo, elle incarne la Mère dans Le Malentendu de Camus au →Théâtre les Trois Coups de Lausanne (1974). À la Comédie de Genève pour →Catherine Eger, elle est Tante Julie Tesman dans Hedda Gabler d’Ibsen (1981). Elle participe aux travaux d’aménagement du →Théâtre Kléber-Méleau, Renens VD et y joue sous la direction de Mentha la nourrice Anfissa dans Les Trois Sœurs de Tchekhov, spectacle qui inaugure le lieu (2.5.1979), puis notamment Nérine dans Les Fourberies de Scapin de Molière (1983), la veuve Maria Vassilievna dans Oncle Vania de Tchekhov (1991) et la sexagénaire Anastasia Pietrovna Batouchkova dans L’Amour en Crimée de Mrożek (1995). Sous la direction de →Nelly Borgeaud, elle y tient le rôle de Georgette dans L’École des femmes de Molière (1993). Au →Théâtre Vidy-Lausanne, Lausanne VD pour →Laurence Calame, elle est l’arrière-grand-mère dans Vive l’Europe! de Paul Sheerbart (1993). Au cinéma, elle joue Emma dans L’Invitation de Claude Goretta (1973), Odile, la vieille gouvernante de Tatie Danielle d’Étienne Chatiliez (1989) et Titine dans À la vitesse d’un cheval au galop de Fabien Onteniente (1992). À la Télévision Suisse Romande, elle fait la voix de Mlle Cassis dans la série enfantine Les Babibouchettes de →Jean-Claude Issenmann (1981-99).



Auteur: François Marin



Source:

Marin, François: Neige Dolsky, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 1, p. 476.