Nelly Borgeaud

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

*  29.11.1931 Genève, † 14.7.2004 Bénévent-l’Abbaye (F). ∞  1955  Yves Vincent, comédien.

Elle suit les cours de →Blanche Derval à Lausanne (1951-53) où Benjamin Romieux la remarque et l’engage à Radio-Lausanne pour jouer dans des dramatiques. Inscrite à Paris au cours de Tania Balachova (1954), elle est choisie par Jean Mercure pour créer en français au Théâtre Saint-Georges le rôle de Rose dans Living-room de Graham Greene (8.10.1954). Commence alors pour elle une carrière de jeune première au cinéma: elle joue Danielle dans Le Dossier noir d’André Cayatte (1955), Angela dans Cela s’appelle l’aurore de Buñuel (1955) et Jacqueline dans Jacqueline (Zwischen uns die Berge) de →Franz Schnyder (1956). De retour au théâtre, elle est notamment Irina dans Les Trois Sœurs de Tchekhov sous la direction de Sacha Pitoëff (1960), et au Théâtre National Populaire, à Villeurbanne, elle tient sous la direction de Roger Planchon le rôle d’Elmire dans Tartuffe de Molière (1971-77). Elle travaille aussi au cinéma avec François Truffaut, incarnant Berthe Roussel dans La Sirène du Mississippi (1969), Delphine Grezel dans L’Homme qui aimait les femmes. L’année suivante, elle est Hilda dans Le Sucre, film de Jacques Rouffio, et Alain Resnais l’engage dans Mon Oncle d’Amérique (1980). Au théâtre, elle joue avec Lucian Pintilié au Théâtre de la Ville, à Paris dans Les Trois Sœurs de Tchekhov (1978) et dans Le Canard sauvage d’Ibsen (1981), puis à nouveau avec Planchon dans Athalie de Racine (1980). Alain Françon la dirige au Théâtre Éclaté d’Annecy dans Long voyage vers la nuit d’Eugène O’Neill (1984), puis elle crée en français le rôle d’Ella, la mère, dans Californie paradis des morts de faim de Sam Shepard que met en scène Marcel Maréchal à La Criée de Marseille (21.1.1986). En 1988, elle retrouve Planchon pour jouer Madame de Sottenville dans George Dandin de Molière (1987). Au cinéma, elle accompagne les débuts de Catherine Corsini, dans le court-métrage Nuit de Chine (1986), et tourne notamment dans L’Accompagnatrice de Claude Miller (1992), Une nouvelle vie d’Olivier Assayas (1993), On connaît la chanson de Resnais (1997) et La Confusion des genres d’Ilan Duran Cohen (2000). Dès 1982, elle développe une activité de récitante, entre autres pour Jeanne au bûcher de Paul Claudel et →Arthur Honegger, sous la direction de Serge Baudo (1982) ou pour Meublé sommairement, textes d’Emmanuel Bove et chorégraphie de Dominique Bagouet au Théâtre de la Ville (1989). Dès 1982, elle met en scène notamment Emballage perdu de Véra Feyder au Théâtre des Mathurins (1982), Pièces et Morceaux de Francis Ponge au Festival d’Avignon (1985), Les Femmes savantes de Molière au →Théâtre Kléber-Méleau, Renens VD (1994) et La Paix du ménage de Maupassant au Théâtre de l’Athénée en 1999.



Autrice: Françoise Dubor



Source:

Dubor, Françoise: Nelly Borgeaud, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 1, p. 242–243.