Nicolas Suba

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

* 5.3.1930 Budapest (H), † 17.8.1977 Almuñecar (E). Prénom officiel Attila. ∞ 1960 Janine Capt.

En 1948, S. quitte la Hongrie, se réfugie en Autriche puis à Mulhouse (F), où il suit l’École des Beaux-Arts, et s’installe à Bâle dès 1951, entre à la Kunstgewerbeschule dont il reçoit le certificat de capacité (15.4.1957); il est naturalisé et obtient la bourgeoisie de Cully (1968). Il collabore avec l’Atelier de →René Creux à la réalisation de décors pour le →Théâtre Municipal de Lausanne, notamment pour L’Île au trésor de →Fernand Berset d’après Stevenson (29.12.1960) et On est comme ça de →Samuel Chevallier (16.2.1961), deux mises en scène de →Charles Apothéloz. Il réalise aussi dans ce cadre les décors pour Huis clos et La P… respectueuse de Jean-Paul Sartre, mis en scène par →Pierre Walker pour les tournées du →Centre Dramatique Romand (CDR) en 1961/62, et ceux pour le Piccola Opera dirigé par Daniel Reichel. Il réalise, avec sa femme, plusieurs films d’animation dont Chevaux emballés (1963), puis travaille ensuite principalement comme graphiste, développant par ailleurs une vaste galerie de personnages fantastiques réalisés d’un trait, en monotypes. Il revient au théâtre en signant les décors d’Un barrage contre le Pacifique de Marguerite Duras, mis en scène pour les →Artistes Associés de Lausanne par Pierre Walker (1970), avec qui S. collabore à nouveau pour les décors de deux pièces de Goldoni, Le Menteur et La Locandiera, réalisées par le Théâtre de la Trappe, à Lausanne (1971/72). Charles Apothéloz fait appel à lui comme graphiste pour plusieurs affiches du →Centre Dramatique de Lausanne dès 1973, pour le dispositif scénique de La Grande Guerre du Sondrebond de →Charles Ferdinand Ramuz présentée en tournée vaudoise (1974) et pour concevoir et réaliser au →Théâtre de Vidy les masques et les costumes d’Ubu roi de Jarry (1974), de L’Assemblée des femmes et ce qui s’en suit d’après Aristophane (1974) et pour Le Jeu de l’évêque et de l’âne (1975). Il imagine aussi les décors pour William et Mary et Le Connaisseur, textes de Roald Dahl créés en français au →Théâtre Boulimie (19.4.1974). Il invente encore pour le 700e anniversaire de la Cathédrale de Lausanne le dispositif, les masques et les costumes de La Pierre et l’Esprit de →Géo H. Blanc (4.10.1975), et pour cela reçoit la médaille d’argent de la Quadriennale de Prague 1975/76. Il disparaît peu après d’une embolie cérébrale lors de vacances en Espagne.



Auteur: Joël Aguet



Source:

Aguet, Joël: Nicolas Suba, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 3, p. 1774.

Normdaten