Philippe Lüscher

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

*  11.4.1959 Genève. ∞ IoHarriett Kraatz, comédienne, ∞ IIo 1990 Nadia Skrobeck, comédienne.

Après des études de cinéma à l’International Film School de Londres (1978-80), L. suit le travail de →Richard Vachoux à la →Comédie de Genève (1980/81) et de Marcel Maréchal à La Criée, Théâtre national de Marseille (1984). Il signe sa première mise en scène avec Suspension de Stephan Honegger au →Caveau à Genève (1982), où il réalise ensuite La Révolte de Villiers de l’Isle-Adam, puis La Colonie pénitentiaire qu’il adapte de Kafka (1985) et L’Ouest, le vrai de Sam Shepard (1990). Auteur, il met lui-même en scène plusieurs de ses pièces au →Théâtre Saint-Gervais à Genève, dont Sonetchka (22.1.1985) et Lettres à une inconnue qu’il tire de son journal de prisonnier pour objection de conscience (13.10.1987). Au cours de ces années, il collabore fréquemment avec Richard Vachoux et le dirige notamment dans le rôle de Verlaine pour sa pièce Rimbaud-Verlaine, drôle de ménage! au →Théâtre poétique de l’Orangerie (20.8.1991). À l’Orangerie, il met aussi en scène son monologue Malinche, mémoire du peuple aztèque qu’interprète →Pascale Vachoux (23.6.1992). Il y dirige ensuite Satiricon 94 d’après Pétrone (20.7.1994). En 1995, il codirige l’Orangerie avec Vachoux, puis lui succède comme directeur artistique (1996-99). Outre ses propres pièces, il y met en scène Torquato Tasso de Goethe (1995), Agatha de Duras (1996) et La Jeune Fille et la Mort d’Ariel Dorfman (1998). Sa pièce L’Échappée, créée par →Philippe Morand au →Théâtre Vidy-Lausanne (19.1.1993), est la première partie d’un triptyque sur le destin accidenté d’un jeune Suisse dans l’Allemagne de l’après-guerre. Les deux volets suivants, La Coupure du monde et Nous ne sommes pas des anges, reçoivent en 1998 le prix romand pour la création théâtrale et sont montés par →Anne Vouilloz et →Joseph Voeffray au →Nouveau Théâtre de Poche de Genève (10.3.2000). Il succède à →Bernard Meister à la tête du →Théâtre­ du Grütli (1999-2006), où il avait mis en scène L’Amant de Pinter (1996). Il y propose notamment des saisons centrées sur la dramaturgie anglo-saxonne, puis italienne. Dès 2000, il y organise chaque année la Fête du comédien qui couronne une carrière et distribue des bourses à de jeunes espoirs. Comme comédien, il joue notamment Eddy dans Fool for Love de Sam Shepard, mis en scène à l’Orangerie par Jean-Frédéric Schlicklin (1999). Au Grütli, dirigé par Mony-Rey, il interprète Jerry dans Zoo Story d’Edward Albee (2000) et le rôle de Max dans Inconnu à cette adresse de Kressmann Taylor (2002). Dès 1998, il enseigne l’interprétation dramatique au Conservatoire populaire de Genève.



Autrice: Nadia Ricou



Source:

Ricou, Nadia: Philippe Lüscher, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 2, p. 1141–1142, voir figure p. 1142.