Philippe Morand

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

*  4.9.1951 Delémont BE, actuellement JU.

Diplômé de l’Institut national supérieur des arts du spectacle (INSAS) à Bruxelles (1973), M. entre dans la troupe du →Théâtre Populaire Romand, où il reste durant quatre saisons (1974-78). Il y crée notamment le rôle du pragmatique Pierre dans Marie Madeleine de Franz Xaver Kroetz que met en scène Gaston Jung à Delémont (22.11.1974). Il participe à la création collective Le Corbusier bâtisseur à Porrentruy (7.10.1975) et, sous la direction de →Charles Joris, tient le rôle du héros Lancelot dans Le Dragon d’Evguéni Schwartz (1975), du Duc d’Albany dans Le Roi Lear de Shakespeare (1977) et du médecin charlatan Wellington Blomax dans L’Âne de l’hospice de John Arden (1978). Installé à Genève en 1981, il participe au Henry IV de Shakespeare que réalise →François Rochaix au →Théâtre de Carouge (1981), et tient à la →Comédie le rôle de Clitandre dans Les Femmes savantes de Molière que monte →André Steiger (1981), celui du rebelle Hazas dans Missaouir la ville de et mis en scène par →Jacques Probst (8.3.1983), puis interprète le chasseur Schindler dans Ciel noir de →Paul Lambert que crée Rochaix (8.5.1984). Il travaille ensuite régulièrement avec le →Théâtre Am Stram Gram (1984-94); sous la direction de →Dominique Catton, il joue notamment Valère dans Le Médecin malgré lui de Molière (1984), le propriétaire Antonio Moraïs et le Diable dans Le Testament du chien d’Ariano Suassuna (1986), le Narrateur dans Pinocchio d’après Collodi dont il signe l’adaptation (4.3.1987) et cosigne la mise en scène lors de la reprise (1991). Il est aussi le Diable dans l’→Histoire du Soldat de →Charles Ferdinand Ramuz et Strawinsky (1987) et crée le rôle de Jacques le chasseur dans Mademoiselle Rouge de Michel Garneau (1.11.1989). Il fait ses premières mises en scène pour Am Stram Gram, Kikerikiste! de Paul Maar (1988) et Le Roi nu d’Evguéni Schwartz (1988, 1992), où sont créées deux de ses pièces, éditées par la →SSA: Icare. Un rêve par Catton (28.9.1992) et Spirale la nuit par lui-même (27.9.1994). Pour le →Nouveau Théâtre de Poche (NTP), il incarne Frank le fiancé réaliste dans Commerce gourmand de Jean-Marie Piemme, que crée Philippe Sireuil à Villeneuve-d’Ascq (11.1.1991), et met en scène Émilie ne sera plus jamais cueillie par l’anémone de Michel Garneau (1989, 1991, 2000) puis Maison de Poupée d’Ibsen (1992-93). Il crée L’Échappée de →Philippe Lüscher au →Théâtre Vidy-Lausanne (19.1.1993), où il joue le Père dans la pièce de Witkiewicz, Dans le petit manoir que réalise →Nicolas Rossier (1996). Avec Maryvonne Joris comme administratrice, il est ensuite directeur du NTP (1996-2003), où il présente quasi exclusivement des dramaturges francophones contemporains, souvent en création. Il y met lui-même en scène La Seconde Chute de →Sylviane Dupuis (9.9.1996), Le Théâtre des mouches d’Anne-Lou Steininger (24.3.1998), Toujours l’orage d’Enzo Cormann (1999), Dames et demoiselles autour du professeur Amiel de →Michel Beretti (7.9.1999), Les Forts, les faibles de Piemme (2001), Un cerf-volant sur l’avant-bras de Jean Cagnard (20.2.2002) et Léviathan Coccyx de Jean-Daniel Magnin, pièce qu’il crée d’abord au Théâtre Blanc à Québec (17.9.2002). Au NTP, il tient le rôle-titre dans Saint Don Juan d’après Joseph Delteil monté par →Robert Bouvier (20.9.2000) et joue son propre rôle dans Trente ans à peine de Jean-Claude Carrière que met en scène Gabriel Garran (30.4.2003). Il est nommé professeur d’interprétation à la Haute école de théâtre de Suisse romande (HÉTSR) dès 2003. Il est l’auteur de trois recueils de poèmes: Journal d’écluse (1981), L’Aimant ou Voyage avec la lymphe (1983) dont il donne une version scénique au →Théâtre Saint-Gervais (24.9.1985) et enfin La Fissure, poème à l’acteur (1990).



Autrice: Sophie Bouvet



Source:

Bouvet, Sophie: Philippe Morand, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 2, p. 1270–1271, voir figure p. 1271.