Pierre Almette

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

* 12.3.1889 Paris (F), † 13.3.1974 Lausanne VD. De son vrai nom Pierre Jean Auvray. ∞ 26.5.1934 Jeanne Joly, comédienne.

Il débute à l’Ambigu, puis passe au Théâtre de la Porte Saint-Martin: pendant plusieurs années, il joue dans toutes les pièces au répertoire de ce théâtre, dont celles d’Edmond Rostand, comme Cyrano de Bergerac où il tient le rôle de Christian et L’Aiglon où il est le duc de Reichstadt. Il y participe notamment à la création de Béranger de Sacha Guitry (21.1.1920). Dès 1929, il est engagé comme jeune premier au →Théâtre Municipal de Lausanne, Lausanne VD d’abord par →Ernest Fournier qui en est codirecteur, puis →Jacques Béranger prolonge son contrat. Sous la direction de →Jean Mauclair, il est ainsi Gonzague dans Le Bossu de Féval (1930/31), Charlie Ponta-Tulli dans Le Secret d’Henry Bernstein (1932/33), Robert, Seigneur de Romont dans Aliénor de →René Morax (1933/34), Lucien Garraud le jeune amoureux dans Les Affaires sont les affaires d’Octave Mirbeau (1934), le Duc de Reichstadt dans L’Aiglon de Rostand (1936), Don César de Bazan dans Ruy Blas d’Hugo (1938). Fournier l’engage à la →Comédie de Genève, Genève GE en représentations, notamment durant la rénovation du TML pour tenir le rôle du bon Aryen Michel Aubier dans Le Retour de Jérusalem de Maurice Donnay (1931), celui de Dariel dans À la recherche des cœurs de Jean-Jacques Bernard (30.10.1931), et pour créer le secrétaire Maurice Parm de La Moisson verte de Gaston Sorbets (28.4.1933). En 1940, il fait partie, comme comédien et directeur de scène, de la compagnie des Comédiens français qui s’établit au Théâtre de Tananarive, à Madagascar. De retour à Lausanne en 1946, il aborde des rôles d’hommes distingués et élégants. Il est ainsi au TML pour Mauclair le Prince de Metternich dans L’Aiglon de Rostand (1947/48), rôle qu’il reprend en 1956, ou Lui dans Faisons un rêve de Guitry (1948). Pour →Paul Pasquier, il joue le Baron dans On ne badine pas avec l’amour de Musset (1949/50). Au cours des années cinquante, il fait partie de la Compagnie des artistes du TML et joue en tournée en Suisse romande trois à cinq vaudevilles par saison comme Treize à table de Gilbert Sauvageon (1954). Au →Centre Dramatique Romand (CDR), Lausanne VD pour →Charles Apothéloz, il incarne Richelieu dans Les Trois Mousquetaires d’après Dumas (1960, 1964), le père Montaigu dans Roméo et Juliette (1961), puis il tient des rôles de vieux serviteurs fidèles comme Achille dans Romulus le Grand (1960) ou Boby le valet de chambre de La Visite de la vieille dame (1961) de →Friedrich Dürrenmatt. Pour Apothéloz, il joue aussi le Médecin dans Le Roi se meurt de Ionesco (1965), un parlementaire d’Élide dans Hercule et les écuries d’Augias de Dürrenmatt (24.10.1964) et Philippe II dans La Muraille de Chine de →Max Frisch (12.4.1967). Toujours au CDR, il joue le Gérant dans Je ne trompe pas mon mari de Feydeau (1964) et Bernardon dans Les Chemins de fer de Labiche (1967), deux vaudevilles mis en scène par →Paul-Henri Wild. Il joue ensuite le témoin John Landsale dans En cause: J.R. Oppenheimer de Heinar Kipphardt réalisé par →Philippe Mentha (1966). Pasquier le distribue dans le répertoire moliéresque en Monsieur Purgon du Le Malade imaginaire (1964) et en Anselme dans L’Avare (1967).



Auteur: Joël Aguet



Source:

Aguet, Joël: Pierre Almette, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 1, p. 38–39.

Normdaten