René Gonzalez

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

*  25.10.1943 Paris (F).

Après avoir suivi le cours Simon et ceux du Centre d’apprentissage d’art dramatique de la rue Blanche, G. joue sous le pseudonyme de Philippe Laurent et entre dans la troupe permanente du Théâtre Gérard Philipe (TGP) de Saint-Denis (1966-71), avant d’en devenir l’administrateur, puis l’adjoint du directeur José Valverde (1971-76). Il en assume ensuite la direction (1976-85). Durant sa direction, le TGP devient un centre dramatique national (1983) avec pour mission la création contemporaine et l’accueil de troupes internationales. Jean Jourdheuil crée là en français Hamlet-machine et Mauser de Heiner Müller (30.1.1979), Jacques Lassalle y réalise trois spectacles (1979-82) et Joël Jouanneau fait ses débuts de metteur en scène (1984). Le TGP accueille notamment Alfredo Arias et le groupe TSE, Manfred Karge et →Matthias Langhoff pour La Bataille de Heiner Müller (1977) et aussi Giovanna Marini. Il est ensuite nommé directeur de la Maison de la culture de Bobigny (MC93), où il programme notamment les spectacles théâtraux de Robert Wilson, d’André Engel, de →Jean-Louis Hourdin et de Gérard Desarthe (1985-88). Il accueille des chorégraphies de Carolyn Carlson ou Régine Chopinot et les récitals de Teresa Berganza, Barbara Hendricks et Jessie Norman. La MC93 propose aussi des créations théâtrales soviétiques, dont le Théâtre Pouchkine de Moscou ou le marionnettiste géorgien Rezo Gabriadze. Il est ensuite l’éphémère premier directeur de l’Opéra-Bastille (décembre 1988-août 1989), puis Matthias Langhoff l’appelle à le seconder au →Théâtre Vidy-Lausanne. Codirecteur durant la saison 1990/91, il conserve seul dès 1991 la direction de Vidy, où il propose chaque saison une vingtaine de spectacles. À Vidy, il poursuit ses fidélités théâtrales notamment avec Jouanneau, Lassalle, Hourdin, Bob Wilson et programme aussi régulièrement →Benno Besson, →Luc Bondy, →Omar Porras et Peter Brook. Aspirant à des horizons au-delà de la francophonie, il donne au Théâtre de Vidy en 1993 l’appellation Espace Théâtral Européen (E.T.E.). Il développe des collaborations avec le monde germanophone, notamment avec des créateurs comme Hansgünther Heyme ou Heiner Goebbels et des festivals comme le Kunstfest de Weimar et les Ruhrfestspiele Recklinghausen.



Auteur: François Marin



Source:

Marin, François: René Gonzalez, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 1, p. 736.

Normdaten