Rodo Mahert

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

*  30.5.1901 La Chaux-de-Fonds NE, † 1.5.1974 Genève. Pour l’état civil Edmond-Armand Maistre.

Après des études secondaires dans sa ville natale, M. part pour Paris, où il court durant trois ans les théâtres. Il fournit des critiques dramatiques au journal parisien Comœdia, envoie des articles sur la vie parisienne à l’hebdomadaire Le Curieux publié à Neuchâtel, joue aussi comme comédien en tournée. Il revient en Suisse pour s’établir à Saint-Imier, d’où il travaille pour la Feuille d’Avis de Neuchâtel (1930-33) puis s’installe à Genève, où il devient l’un des principaux chroniqueurs de théâtre, pour la Tribune de Genève (1933-66); il est aussi responsable de la partie francophone du mensuel théâtral suisse Coulisses (1944-46). Il commence à écrire pour le théâtre, éclairant d’une tonalité originale, quelque peu ironique, les hypocrisies et les compromissions de petites sociétés, comme celle d’un cirque dans L’Amour chez les lions, texte créé par →Jean Bard à Genève au printemps 1928, repris par lui pour la théâtrale de Zofingue à Genève en 1933 et qui est alors édité (Neuchâtel, Attinger, 1933). Dans Le pendu conduit le bal (Genève, Le Mois théâtral no 4, 1935), l’auteur donne une comédie cocasse de l’insignifiance et du carriérisme politique dans une petite ville de province; cette intrigue nouée autour de l’œuvre posthume d’un jeune poète est créée au →Théâtre Municipal de Lausanne par →Jean Mauclair (22.11.1932). Dans Le Cœur et le Browning (Neuchâtel, Le Curieux, 1937), il fournit une suite à sa première histoire d’amour au cirque, où n’apparaissent plus que le clown et la danseuse; ce divertissement en trois actes est monté par les Compagnons de la Marjolaine dirigés par →Paul Pasquier à la Salle de Montriond (19.10.1934). L’Heure du matador (Le Mois théâtral no 119, 1944) est réalisée à La Tour-de-Peilz, au Gala de la Société des auteurs dramatiques romands par Marcel Vidal (27.9.1942). Après plusieurs reports, →Maurice Jacquelin met en scène La Révolution a éclaté pour le public de la →Comédie de Genève, avec →Jean Hort dans le rôle principal (13.1.1944), et ce dernier reprend la pièce en tournée avec sa Compagnie. Le Grand Alexandre est donné en 1945 par la →Société genevoise des amis de l’instruction. À nouveau à la Comédie, Raymond Hermantier réalise avec sa Compagnie La Nuit de Béthulie (8.4.1958), drame primé par Pro Helvetia. Plusieurs des autres pièces de l’auteur sont jouées au micro de Radio-Lausanne. Le Mois théâtral publie de lui quatre autres pièces jusqu’en 1944, et Les Cahiers romands à Lausanne font paraître son essai sur le Jura intitulé Marches du Nord, la Rauracie (1930). En outre, il laisse une demi-douzaine de comédies en un acte et une dizaine de pièces manuscrites en trois ou quatre actes.

Bibliographie

  • Patricia Weber-Junod, “Rodo Mahert : notice biographique et catalogage de sa bibliothèque”, La Chaux-de-Fonds, chez l’auteur, 1976.


Auteur: Joël Aguet



Source:

Aguet, Joël: Rodo Mahert, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 2, p. 1157–1158.