Sophie Gardaz

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

* 15.5.1962 Lausanne VD. Fille d’→Émile G., auteur et homme de radio.

En 1985, G. obtient le diplôme de la →SPAD et débute au →Nouveau Théâtre de Poche (NTP) à Genève en tenant le rôle d’Odile dans Et pourtant ce silence ne pouvait être vide… de Jean Magnan sous la direction de →Martine Paschoud, pour qui elle joue encore Rosine dans Le Barbier de Séville de Beaumarchais (1986) et Régine dans la création en français de L’Ambassadeur de →Thomas Hürlimann (18.1.1994). Elle a régulièrement des rôles de jeune première: en 1987, elle joue ainsi Marinette dans Le Dépit amoureux de Molière mis en scène par →Georges Wod au →Théâtre de Carouge, et tient le rôle-titre dans Aliénor de →René Morax que réalise →Jean Chollet au →Théâtre du Jorat. Elle interprète par deux fois Marianne dans L’Avare de Molière, d’abord sous la direction de Jean-Paul Roussillon au Théâtre de Carouge (1987), puis sous celle de →Philippe Mentha au →Théâtre Kléber-Méleau (1989). En 1990, dirigée par →Denis Maillefer, elle est Juliette dans Roméo et Juliette de Shakespeare au →Théâtre de Beausobre à Morges. Elle participe à trois spectacles épiques dirigés par →Michel Voïta: au NTP, Grandes Espérances de Kathy Acker (14.11.1990) et L’Énéide de Denis Guénoun (1988) puis, du même auteur, Un Sémite au →Théâtre Vidy-Lausanne (24.10.1995). Pour Voïta, elle est la Bérénice de Racine à l’Hôtel des Trois Couronnes à Vevey et au →Petithéâtre de Sion (1994). Dès 1994, elle travaille régulièrement au →Petit Théâtre de Lausanne sous la direction de →Jean-Claude Issenmann: elle est Selma dans Nils Holgersson de Selma Lägerlof, la Reine dans Pour Alice d’après Lewis Carroll (1996), ou encore Lucy dans Oh, les mains? de Gordon Foldback alias Jean-Claude Issenmann (1997). Sous la direction de →Séverine Bujard, elle interprète le rôle-titre dans Madame de Sade de Yukio Mishima au →Théâtre de Vidy (1989). Elle tient les rôles d’Électre et d’Athéna dans L’Orestie d’Eschyle présentée par →François Rochaix à Cernier dans le canton de Neuchâtel, à Bergen en Norvège et à Moscou (1991). Elle joue Simone dans Le Mensonge de Nathalie Sarraute que met en scène →Armand Deladoey à la →Grange de Dorigny (2000). Avec →Jacques Michel, elle réalise Top dogs d’→Urs Widmer au →Théâtre Saint-Gervais et en tournée (1998-2000), puis le spectacle collectif Sur le cul à Vidy (2002). Pour la Télévision Suisse Romande, elle enregistre des voix pour les Babibouchettes, émission de télévision pour enfants (1987-99) et participe à plusieurs épisodes des sitcoms Bigoudi et Les Pique-meurons (1990-99). Elle préside (2001-05) le Syndicat suisse romand du spectacle qui devient alors →La Permanence. Dès 2005, elle se voit confier la direction du Petit Théâtre de Lausanne.



Autrice: Rita Freda



Source:

Freda, Rita: Sophie Gardaz, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 1, p. 678–679, voir figure p. 679.

Normdaten