Théâtre Amateur de Prangins (TAP), Prangins VD

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

Groupe théâtral d’amateurs

Inaugurée en 1946, la salle communale du village de Prangins accueille les spectacles du premier TAP (1949-56) dont le répertoire comporte essentiellement des drames villageois. En 1962, Jean-Daniel Mottier qui est le nouvel instituteur du village fonde avec deux camarades le nouveau TAP et en devient le principal animateur. Le groupe présente alors deux courtes adaptations de Léon Chancerel, Picrochole d’après Rabelais et Les Irascibles d’après La Demande en mariage de Tchekhov (1963), puis Sac-à-douilles de →René Morax (1968), et Le Soldat fanfaron d’après Plaute par →Jean-Samuel Curtet (1973). Jusqu’en 1973, ces spectacles sont joués en deuxième partie des soirées de sociétés locales. Invité par Mottier, →Charles Apothéloz assiste à la représentation d’un triptyque de pièces de René de Obladia (1974) et invite le TAP à participer à deux de ses réalisations: la version TV de La Grande Guerre du Sondrebond de →Charles Ferdinand Ramuz (1974) et La Pierre et l’Esprit de →Géo H. Blanc qu’il crée pour le 700e anniversaire de la Cathédrale de Lausanne (4.10.1975). Apothéloz met ensuite en scène le groupe pour son premier spectacle au Château de Prangins, Le Roi-Cerf de Carlo Gozzi (1976). Depuis 1978, le TAP présente essentiellement des pièces francophones du XXe siècle comme Cœur à deux et Le Discours du père de Guy Foissy (1979), Architruc de →Robert Pinget (1982), Les Diablogues de Roland Dubillard (1988), Capitaine Karagheuz de →Louis Gaulis (1990). Il réalise aussi des spectacles humoristiques comme TAP a tout dit (1971), La Fête des Vignerons de la Côte de →Franck Jotterand (1978) ou Debout le rêve de Mottier, musique de René Falquet (1989), Les Bourla-Papey d’Yves Pinguely d’après Ramuz pour le 700e anniversaire de la Confédération (1991) et La Dixième Muse de Mottier et Curtet pour l’ouverture de la section romande du Musée national au Château de Prangins (1998). Jean-Daniel Mottier signe la plupart des mises en scène du TAP jusqu’en 1999. Il participe encore au travail d’adaptation de Will I Am, variations shakespeariennes, que met en scène →Gérard Demierre (2000).

Bibliographie

  • Alain-Michel Rumpf, Marinette Hottinger et Michel Bonjour, "Trois coups pour une région: avis aux amateurs!", travail de diplôme de l’École d’études sociales et pédagogiques de Lausanne, Lausanne, 1983.


Auteur: Maxime Laurent



Source:

Laurent, Maxime: Théâtre Amateur de Prangins (TAP), Prangins VD, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 3, p. 1899–1900.