Théâtre des Osses, Givisiez FR

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

Compagnie indépendante de théâtre, puis lieu de production

Le T. est fondé en 1979 à Genève par la comédienne →Véronique Mermoud et par →Gisèle Sallin qui la met en scène dans la pièce d’Emma Santos Le Théâtre d’Emma Santos au →Caveau, à Genève (1978), puis toutes deux présentent Le Malentendu de Camus au →Nouveau Théâtre de Poche (1979). Leur compagnie crée Solange et Marguerite de →Jean-Pierre Gos au →Petithéâtre de Sion (14.3.1980), S. Corinna Bille d’après Corinna Bille à Veyras (1981), Medea de Jean Vauthier au stade de Vessy, dans la région genevoise (1982), et Allume la rampe, Louis, one woman show de café-théâtre d’→Anne-Marie Yerly réalisé en collaboration avec Gisèle Sallin au Café des Tanneurs de Fribourg (1982). Dépourvu de moyens financiers, le T. suspend ensuite ses activités et ses animatrices collaborent notamment avec →Benno Besson, à la →Comédie de Genève (1983-85). La compagnie réapparaît avec le projet de s’implanter à Fribourg, où le canton soutient la réalisation d’Antigone de Sophocle, version d’André Bonnard, présenté à Attalens et en tournée régionale (1988), puis Les Enfants de la truie de Gisèle Sallin et Marie-Hélène Gagnon, spectacle créé à la Passerelle du →Centre Dramatique de Lausanne (17.5.1988). En 1989, l’industriel fribourgeois Bernard Vichet met à disposition de la compagnie un local, dans la commune de Givisiez, l’Espace La Faye (1989). Un espace prévu pour la chaufferie est aménagé comme lieu de répétition, où le T. présente aussi ses productions en cours de tournée, à commencer par Les Femmes savantes de Molière, qui marque l’ouverture au public (1.12.1990). Après d’importants travaux, le Petit La Faye devient le principal lieu de représentation du T. (1993). Au bénéfice d’une subvention annuelle de l’État de Fribourg depuis 1990, le T. produit durant cette décennie un spectacle par saison (1990-2000), alternant les classiques (Molière, Racine, Marivaux) et les créations, dont Le Bal des poussettes de Sallin et Gagnon, créé à l’Hôtel de Ville de Fribourg (29.11.1991), puis au Petit La Faye Diotime et les lions d’Henry Bauchau (15.4.1994), Le Grabe d’Isabelle Daccord (19.11.1995) et Eurocompatible, conçu par Gisèle Sallin et Anne Jenny (14.11.1996). Parmi les auteurs du répertoire contemporain, on retient notamment la réalisation de Frank V de →Friedrich Dürrenmatt (1998-2000). Dès 1994, Gisèle Sallin s’adjoint la collaboration du décorateur belge Jean-Claude De Bemels, qui signe les scénographies de la compagnie. Le T. se constitue en fondation en 1996 et fait l’acquisition de son lieu de travail. Depuis la saison 1999/2000, outre ses tournées en Suisse et à l’étranger, il propose dans son théâtre de nombreuses animations, des cafés littéraires et deux, puis trois nouvelles productions par saison, dont plusieurs textes d’Isabelle Daccord. En 2002, une reconnaissance accrue de l’État de Fribourg le fait ajouter à sa raison sociale l’appellation de Centre dramatique fribourgeois. Ses fondatrices, Véronique Mermoud et Gisèle Sallin, reçoivent en 2003 l’→Anneau Hans-Reinhart.

Données techniques

adresse, le Petit-La Faye, rue Jean-Prouvé 2. Bâtiment industriel réalisé par Bernard Vichet. La chaufferie en sous-sol est transformée pour le T. par des travaux d’excavation, de soutènement et de gradinage (1992-93). Agrandissement de la salle et nouveau gradi­nage (1997-98). La scène a 11 m. d’ouverture, une profondeur de 6 m. 50 et la hauteur est de 5 m. La salle contient 145 places. Une grande cafétéria accueille le public et permet notamment des lectures et des débats. La salle de répétition est aux dimensions du plateau; le lieu abrite un espace de stockage des décors, un pour les costumes et met des chambres à disposition des artistes.

Bibliographie

  • "T., Centre dramatique fribourgeois", in Mimos n° 1-2, 2003.


Auteur: François Marin



Source:

Marin, François: Théâtre des Osses, Givisiez FR, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 3, p. 1914–1915, voir figure p. 1914.