Victor Snell

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

*  9.2.1874 Genève, † 8.2.1931 Paris (F). Prénommé officiellement Henri Rodolphe Victor.

Jeune pamphlétaire, S. compte parmi les plus virulents collaborateurs du journal satirique Le Sapajou édité à l’occasion des représentations de théâtre d’ombres du Sapajou lors de l’Exposition nationale de 1896 à Genève. Il se fait ainsi de solides inimitiés politiques et doit passer en France pour poursuivre une carrière d’avocat des causes populaires. Il écrit un temps dans Le Peuple de Genève, puis à Paris dans L’Humanité, La Lanterne, et finalement à L’Œuvre. Pour la scène, il est surtout l’auteur de nombreuses revues genevoises, dont celles jouées par la →Société genevoise des amis de l’instruction Oh!... ma chaire (1913), la Revue des Amis (1914), Anastasie... peut-on le dire? (1915), Tout simplement (1916) et Fium... Istrie! (1920). Il donne ensuite au →Kursaal de Genève Gordon!... s’il vous plaît! (1922), V’la la Revue (31.7.1923), Jeux où l’on pique (1.8.1924). Il confie à la même scène Madame Tango, opérette en trois actes avec une musique de Jacques Nigra (6.7.1923). À Paris, il assiste Maurice Maréchal, directeur-fondateur du journal satirique Le Canard enchaîné, qui entreprend avec le soutien de Jules Rivet de transformer la salle du Palace, devenue l’Eden, afin que se prolonge sur scène l’esprit caustique du Canard. Sous le nouveau nom de Théâtre du Boulevard, le lieu est réouvert pour une première Revue du Canard enchaîné (16.6.1922), suivie d’une seconde en décembre, qui ne reste à l’affiche que quelques semaines. S. publie à Paris plusieurs romans comme Zibeline, ou le Hasard heureux (1915), Le Cœur incomplet et l’implacable pardon (1925) et, sous le pseudonyme de Bérénice, Le Jardin de Marrès (1916). Sa femme fait éditer de façon posthume une demi-douzaine de ses œuvres, dont La Grammaire en zigzag (1932) et L’Appartement d’Irma (1933).



Auteur: Joël Aguet



Source:

Aguet, Joël: Victor Snell, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 3, p. 1693–1694.