Viviana Aliberti

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

* 8.10.1960 Rolle VD. À Genève, après une licence ès lettres (1986), A. obtient le diplôme de l’École →Serge Martin (1989). Elle est Daisy dans La Machine à calculer d’Elmer Rice que présente Eugeniusz Korin à →La Bâtie-Festival de Genève, Genève GE (1991), Estelle Belot dans L’Émission de télévision de Vinaver mise en scène par →Pierre Dubey au →Théâtre du Grütli, Genève GE (1992) et Viola dans La Nuit des Rois de Shakespeare que monte →Pierre Bauer au →Casino-Théâtre d’Yverdon, Yverdon-les-Bains VD (1993). Après avoir joué dans Fanfares de Roberto (→Vincent Aubert) et Basta (→Christoph Bollmann) pour le →Théâtre Am Stram Gram, Genève GE à la salle des Eaux-Vives (1992), elle est engagée par →Claude Stratz à la →Comédie, où elle est Lisette dans L’École des mères et Angélique dans Les Acteurs de bonne foi de Marivaux (1992-94), puis la jeune et séduisante Veuve dans Le Drame d’→Olivier Chiacchiari (12.5.1997). En 1994, elle reprend le rôle d’Alice dans Play Strindberg de →Friedrich Dürrenmatt mis en scène par →Daniel Wolf et présenté notamment au →Théâtre Vidy-Lausanne, Lausanne VD. Pour →Dominique Catton à Am Stram Gram, elle interprète Rosette dans On ne badine pas avec l’amour de Musset (1995), et retrouve le rôle de Viola dans La Nuit des Rois de Shakespeare (1997, 2000); elle y tient aussi les rôles de la Vierge dans Le Testament du chien d’Ariano Suassuna mis en scène par →Charles Joris (1995) et de la Femme-ange dans Un ange passe de et réalisé par Nino d’Introna (1997). Au →Nouveau Théâtre de Poche, Genève GE, elle crée la Reine manipulatrice dans La Maladie d’être mouche d’Anne-Lou Steininger que réalise →Philippe Morand (4.3.1998) et joue Magda dans Le Serviteur absolu de →Louis Gaulis mis en scène par Daniel Wolf (1998), puis Madeleine II, la mère de Le Vrai monde? de Michel Tremblay par Gill Champagne (2002). Au →Théâtre Kléber-Méleau, Renens VD, sous la direction de →Philippe Mentha, elle est Léda dans Amphitryon 38 de Giraudoux (1999) puis Ariane dans La Traversée de l’hiver de Yasmina Reza (1999). Elle enseigne au Conservatoire de Genève. Au cinéma, elle est notamment l’Institutrice dans Roberto Succo de Cédric Kahn (2001).



Auteur: Éric Eigenmann



Source:

Eigenmann, Éric: Viviana Aliberti, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 1, p. 36.

Normdaten