Walter Weideli

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

* 16.7.1927 Genève.

Après avoir obtenu une licence ès lettres de l’Université de Genève (1950) W. dirige le supplément littéraire du Journal de Genève (1951-69). Correspondant des revues Europe et Théâtre populaire, il consacre aussi des émissions de radio aux grands auteurs contemporains, dont →Bertolt Brecht sur qui il rédige le volume des Classiques du XXe siècle (Paris, 1961). Le Dossier Chelsea street, qu’il fait publier dans la revue Europe (1.1961), est réalisé par Claude Goretta pour la Télévision Suisse Romande et diffusé peu après (23.6.1961), puis repris à la télévision française par Marcel Bluwal (1962). Il désigne comme un combat en quatre rounds, Réussir à Chicago, sa première pièce, que crée le →Théâtre de Carouge dans une mise en scène de →François Simon (16.10.1962); sous le titre de Chicago, crime & crash, ce texte remanié est monté par Jean-Pierre Dougnac et Alain Françon au Théâtre de l’Est Parisien (2.12.1976). Pour les festivités du 150e anniversaire de l’entrée de Genève dans la Confédération, il écrit Un banquier sans visage, montrant Necker et diverses manières de s’enrichir; malgré le scandale, l’œuvre est créée au →Grand Théâtre de Genève dans une imposante réalisation de Jean Vilar (15.6.1964). Il retrace ensuite l’affaire Sacco et Vanzetti dans Éclatant soleil de l’injustice que met en scène →William Jacques à la →Comédie de Genève (25.3.1968). Contrairement aux précédentes, il donne à éditer ces deux dernières pièces (Lausanne, 1964 et 1967). Il a par ailleurs une œuvre importante de traducteur. De →Friedrich Dürrenmatt, il adapte notamment Play Strindberg, créé en français par William Jacques avec la Comédie de Genève (8.3.1971) et édité par Gallimard (Paris, 1973), puis en nouvelle version Le Mariage de Monsieur Mississippi, édité par L’Aire (Lausanne, 1979), mis en scène par Pierre Koralnik et que la Comédie de Genève productrice présente d’abord au →Théâtre Municipal de Lausanne (6.3.1979). Il fait passer aussi dans le domaine francophone plusieurs romans de Dürrenmatt, dont La Ville (1974), La Chute d’A. (1975), La Panne (1984) et de Ludwig Hohl Tous les hommes presque toujours s’imaginent (1981). De →Herbert Meier, il traduit la comédie Bräker ou le Songe d’hiver réalisée par →Jean-Charles Simon au →Centre Dramatique de Lausanne (17.1.1984) et l’essai Le Talent au pouvoir (1969). Il donne surtout la continuité de l’œuvre Elias Canetti, Jeux de regard, 1931-1937, histoire d’une vie (1987), Le Cœur secret de l’horloge, réflexions 1973-1985 (1989), Le Collier de mouches, réflexions (1995), Notes de Hampstead, 1954-1971 (1997). Il a reçu le prix du Centre polonais de la Société européenne de la culture 1978 et le prix lémanique de la traduction (allemand-français) 1985.



Auteur: Joël Aguet



Source:

Aguet, Joël: Walter Weideli, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 3, p. 2062.

Normdaten