William Aguet

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

* 30.5.1892 Paris (F), † 30.10.1965 Lausanne VD.

Originaire de Lutry, A. grandit et vit à Paris jusqu’à la veille de la Seconde Guerre mondiale. En 1917, il publie la Cantate du matin, poème lyrique réédité l’année suivante avec un recueil de ses premiers vers. Parmi les premières pièces dont il est l’auteur, on retient Claquefesse et Tétalangue, drame comique en trois actes écrit pour Jacques Copeau, accompagné de projets de costumes inspirés des Ballets russes et du carnaval; annoncé dans le programme du Vieux-Colombier en 1922/23, le spectacle est repoussé à la saison suivante, et la pièce finalement créée en février 1928 à Genève par →Carmen d’Assilva. Durant les années vingt, il est inscrit au registre professionnel comme artiste peintre et pour le théâtre, il dessine costumes et décors. Comme comédien, il joue surtout au Théâtre Daunou, à la Madeleine, à l’Alhambra, au Théâtre de l’Œuvre, en tournée en France et en Afrique du Nord. Avec le Théâtre de l’Atelier de Charles Dullin, il est notamment Albany, écrivain à succès et homme d’affaires ambitieux, dans Atlas-Hôtel d’Armand Salacrou (15.4.1931). Au Théâtre de l’Œuvre, il interprète Roy, l’amant écrivain dans Juliette de Jean Bassan (24.10.1938). Au cinéma, il signe les décors de La Nuit du carrefour de Renoir (1932) et les dialogues de Trois hommes en habit de Mario Bonnard (1933) et participe aussi comme acteur à une vingtaine de films français et allemands jusqu’en 1939, tenant des rôles exigeant prestance et retenue. Il joue ainsi, entre autres, le Chambellan dans Fanatisme de Gaston Ravel (1934), Trénitz dans La Fille de Mme Angot de Jean Bernard-Derosne (1935), Gérald dans La Dame de Malacca de Marc Allégret (1937), La Rochefoucault dans La Marseillaise de Jean Renoir (1937) et à nouveau le Chambellan dans De Mayerling à Sarajevo de Max Ophuls (1939-40). Après son arrivée en Suisse en 1939, il écrit Billet simple (1940/41) et Albertine et ses deux docteurs (1942), comédies réalisées au →Théâtre Municipal de Lausanne, Lausanne VD et rédige plus d’une quarantaine de pièces en un acte, dont quinze publiées dans Le Mois théâtral et chez Héliografia à Lausanne (1944 et 1951). Parmi celles-ci, les amateurs du Cercle littéraire de Lausanne créent notamment les comédies Les Petits Plats dans les grands, à la Maison du Peuple de Lausanne (18.10.1940) et Le Gêneur indispensable (5.11.1941). A. travaille dès lors surtout pour la radio, où il est rapidement reconnu pour sa créativité et une conscience aiguë des possibilités dramatiques offertes par la radiodiffusion dont témoigne entre autres l’étonnant feuilleton Eustache et le bourdon Bzz. Dans la plupart de ses pièces historiques, un narrateur est chargé d’établir le lien entre le temps présent de l’auditeur et celui de la fiction. De 1940 à sa mort, pas moins de cent vingt de ses ouvrages sont diffusés sur les ondes, de la pièce policière aux grandes émissions dramatiques. Parmi ces dernières, on peut relever le Récit de Noé, écrit en collaboration avec le musicien Jean-Jacques Grünenwald, ou encore le poème lyrique Christophe Colomb, mis en musique par →Arthur Honegger et réalisé à Radio-Lausanne (16.4.1940). Par son imaginaire sonore, cet auteur a contribué à repousser les limites de la création radiophonique.



Auteur: Joël Aguet



Source:

Aguet, Joël: William Aguet, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 1, p. 31–32.

Normdaten