Revue de Servion, Servion VD

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

Avec C’est parti, réalisée en 1967, →Barnabé reprend, dans le cabaret qu’il vient d’ouvrir deux ans plus tôt à Servion, la formule longtemps exploitée par →Jacques Béranger au →Théâtre Municipal de Lausanne (1936-59). Barnabé présente depuis lors chaque année des spectacles satiriques dont la matière première est fournie par l’actualité nationale et internationale. Quelques titres en signalent l’esprit: Salut les coquins (1968), Servion jubile! (1974), Dioxine et goût de bouchon (1999), On est dans la Moïse… (2000) ou encore Expo 01 la vraie! (2001/02). Dans un premier temps, le style emprunte au café-théâtre et un pianiste accompagne les spectacles. Le lieu réunit bientôt des milliers de spectateurs. En 1973, le metteur en scène Julio Cantal prend la direction artistique de la R. et lui donne une forme parisienne et costumée. En mai 1980, Barnabé inaugure avec Viens fou…foule un nouvel établissement de 500 places, le →Café-théâtre de Servion. La R. y tient l’affiche pendant deux à trois mois et enregistre en moyenne 40’000 spectateurs par année.



Autrice: Romaine Crettenand-Sierro



Source:

Crettenand-Sierro, Romaine: Revue de Servion, Servion VD, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 3, p. 1484.