Société romande de spectacles (SRS), Genève GE

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

Organisme régional de programmation

Au →Grand Théâtre de Genève, quelques années de gestion difficile suivent la suppression de la troupe lyrique et de l’orchestre en 1927. En 1933, le Conseil administratif de la Ville encourage la fondation de la SRS, groupement destiné à assurer l’organisation de spectacles lyriques. Les principaux animateurs en sont les impresarios Victor Andreossi et Maurice Verleye, et deux artistes amateurs Oreste Tempia et Henri Peillex. À l’origine, la SRS envisage de présenter aussi l’ensemble de ses spectacles à Lausanne, qui renonce pourtant à participer. Malgré son nom, la SRS concentre donc son activité sur Genève. Elle constitue un chœur et obtient la collaboration de l’Orchestre de la Suisse Romande qui assure la totalité des représentations lyriques. Misant sur le professionnalisme des artistes engagés, elle parvient peu à peu à rehausser le niveau des spectacles et, parallèlement au grand répertoire, monte des ouvrages du XXe siècle. Durant la Seconde Guerre mondiale, malgré la fermeture des frontières, elle poursuit son activité essentiellement grâce aux artistes suisses et à quelques chanteurs et chefs d’orchestre réfugiés. Dès la fin de la guerre, des contacts sont noués avec l’Opéra et l’Opéra-Comique de Paris qui mènent à une série de représentations de huit opéras français, auxquels participent les plus grands chanteurs de France; une collaboration s’instaure alors, qui permet au public genevois d’applaudir les meilleurs chanteurs de ces deux théâtres. La SRS invite aussi, pour donner plus de lustre à ses représentations, divers chanteurs au prestige international et des chefs comme Karl Böhm, Carl Schuricht, →Ernest Ansermet. L’incendie qui détruit le Grand Théâtre le 1er mai 1951 bouleverse l’activité lyrique à Genève. Au prix d’efforts considérables, la salle de spectacle du →Grand Casino est aménagée pour accueillir des représentations d’opéras. La SRS parvient dès 1951 à mettre sur pied de remarquables saisons et à présenter pour la première fois à Genève des ouv­rages aussi complexes que Le Médium de Menotti, Ariane à Naxos de Richard Strauss et surtout, deux ans après sa création, Les Dialogues des Carmélites de Poulenc. La Fondation du Grand Théâtre est constituée en 1960 pour encadrer l’activité de la scène genevoise qui va rouvrir deux ans plus tard; elle prend le relais de la SRS dissoute après avoir encore assuré la saison 1961/62.



Auteur: Jacques Tchamkerten



Source:

Tchamkerten, Jacques: Société romande de spectacles (SRS), Genève GE, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 3, p. 1695