Jean-Philippe Ecoffey

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

*  8.7.1959 Lausanne VD.

Après un passage au →Conservatoire d’art dramatique de Genève, où il suit notamment les cours de →Claude Stratz (1981-82), E. est de la première promotion de l’école du Théâtre des Amandiers de Nanterre dirigé par Patrice Chéreau (1982-84). Il débute au cinéma dans le rôle de Jean, le valet de ferme terrien de No man’s land d’Alain Tanner (1985), puis d’un autre Jean, le jeune homme étrange dans L’Effrontée de Claude Miller (1985). Patrice Chéreau lui donne ensuite aux Amandiers le premier rôle, celui de Charles, le fils, dans Quai ouest de Koltès (1986). Il poursuit sa carrière cinématographique avec notamment Les Mendiants de Benoît Jacquot (1986) et Poker de Catherine Corsini (1987). Pour Andrej Wajda, il est Pierre dans Les Possédés (1988) puis joue dans Le Bois de justice, téléfilm de Raymond Vouillamoz (1988), qui lui vaut le prix d’interprétation masculine au Festival du film francophone. Il revient au théâtre en incarnant un Treplev tourmenté dans La Mouette de Tchekhov mise en scène par Andreï Konchalovsky au Théâtre de l’Odéon (1988). Il tourne ensuite pour Olivier Assayas dans L’Enfant de l’hiver (1989) et interprète Jean Verdier, le jeune fils accueillant La Femme de Rose Hill d’Alain Tanner (1989). À la →Comédie de Genève, Genève GE, il est Louis Coûfontaine dans Le Pain dur de Claudel que met en scène →Claude Stratz (1991). Au cinéma, il joue ensuite notamment pour Martine Dugowson dans Mina Tannenbaum (1992), Portraits chinois (1995), Les Enfants des photos (1999) et Les Fantômes de Luba (2001). En 1994, il incarne Condé dans La Reine Margot que réalise Patrice Chéreau. Le Ciel est à nous de Graham Guit (1996) lui vaut le prix d’interprétation masculine au Festival du film de Paris (1997). Il est ensuite le père de Ludovic dans Ma vie en rose d’Alain Berliner (1997). Au théâtre, pour Benoît Lavigne, il joue Valmont dans Quartett de Heiner Müller au Théâtre des Halles durant le Festival off d’Avignon, puis au Théâtre du Ranelagh à Paris (1997), et pour Patrice Kerbrat, il participe à Tout contre de Patrick Marber (1998/99). Dans Rembrandt de Charles Matton (1999), il incarne Jan Six. En 2001, il joue dans le premier long métrage de →Vincent Perez, Peau d’ange.



Auteur: Françoise Dubor



Source:

Françoise, Dubor: Jean-Philippe Ecoffey, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 1, p. 514.

Normdaten