Théâtre Benno Besson, Yverdon-les-Bains VD

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

Lieu d’accueil et de production

Pour offrir une salle aux sociétés locales, en remplacement de celle, devenue trop exiguë, installée en 1843 dans l’ancien grenier communal au numéro 13 de la place Pestalozzi, les autorités municipales yverdonnoises décident en 1896 de faire bâtir un Casino-théâtre sur la place d’Armes. Élevé d’après les plans des architectes lausannois L. Bezencenet et A. Girardet, qui s’inspirent du Casino de Monte-Carlo, le nouveau lieu est inauguré le 10 décembre 1898. La décoration intérieure est attribuée à Berteault & Girardet, sculpteurs à Lausanne, et le peintre Otto Haberer réalise les fresques de la salle. En 1931, un nouvel aménagement de Louis Ruche transforme radicalement l’intérieur, supprime la décoration d’origine et la galerie, agrandit la scène. En 1958, un nouvel aménagement est proposé, notamment pour l’extérieur du lieu désormais nommé Théâtre Municipal. À l’origine, le programme se fait au coup par coup, mêlant les spectacles amateurs, les fêtes locales et les invitations d’artistes professionnels. Dès 1974, il est établi par Mme Schauenberg nommée au secrétariat des affaires culturelles, puis par →Christiane Vincent qui prend les directions du service des affaires culturelles et du Théâtre (1981-92); le lieu propose dès lors des saisons complètes, en grande partie composées d’accueils. →Pierre Bauer lui succède et adopte pour cet espace le nom de Théâtre du Casino. Dès 1988, le lieu reçoit une subvention de l’État de Vaud pour l’aide à la création. Christiane Vincent y réalise notamment La Marquise Roselinde de Valle-Inclán (1989) et la création en français de Si Dieu était Suisse d’→Hugo Loetscher avec →Claude Thébert (1991). Pierre Bauer y met en scène notamment La Nuit des Rois de Shakespeare (1993), Un inspecteur vous demande de Priestley (1995) et L’Argent... celui des autres de Jerry Sterner (2002). Dès 1996, le T. est progressivement rénové. Pour son centième anniversaire en 1998, le Théâtre du Casino prend son nom actuel en hommage à →Benno Besson, né à Yverdon et qui y a signé ses premières mises en scène.

Données techniques

adresse, rue du Casino 1. Dimensions de la scène: ouverture 8 m. 40, largeur du plateau 11 m. 50, profondeur 9 m. 10 avec un proscenium de 2 m. 10. Hauteur du cadre de scène 6 m. 55, cintres à 7 m. 70. Fosse d’orchestre pour 60 musiciens. Jauge de 460 places (272 à la galerie, 188 sur les gradins). Le bâtiment comprend un restaurant dès l’origine.



Auteur: François Marin



Source:

Marin, François: Théâtre Benno Besson, Yverdon-les-Bains VD, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 3, p. 1901.