Éric Tappy

From Theaterlexikon
Jump to: navigation, search

*  19.5.1931 Lausanne VD.

Après l’obtention d’un brevet d’enseignement primaire (1952), T. étudie au Conservatoire de Genève les branches théoriques avec Charles Chaix, le chant avec Fernando Carpi, et obtient un premier prix de virtuosité avec distinction (1958). Il bénéficie des conseils d’→Hugues Cuenod, travaille l’interprétation avec les pianistes Maroussia le Marc’Hadour et Jacques Horneffer, poursuit ses études au Mozarteum de Salzbourg auprès d’Ernst Reichert, puis à Hilversum avec Eva Liebenberg. Il se fait rapidement connaître en Suisse où il se produit fréquemment à la radio. En 1959, il participe à la création du Mystère de la Nativité de →Frank Martin à Genève et chante pour la première fois le rôle de l’Évangéliste de la Johannes-Passion de Bach à Salzburg. Il fait ses premières armes au théâtre à Lausanne avec l’Opera da camera et le Piccola Opera dirigé par Daniel Reichel (1962-63), puis chante à Paris le rôle-titre de Zoroastre de Rameau (1964). Il se produit sur les plus grandes scènes lyriques européennes et américaines et participe régulièrement aux festivals d’Aix-en-Provence, d’Édimbourg ou de Salzbourg. Hôte permanent du →Grand Théâtre de Genève (1963-80), il crée notamment le rôle du Premier musicien dans Monsieur de Pourceaugnac de Frank Martin (1963) et de Léon dans La Mère coupable de Darius Milhaud (1966), puis interprète le Chevalier dans Les Dialogues des Carmélites de Poulenc (1969/70). Il travaille en 1973/74 au Covent Garden Oper de Londres, notamment pour Titus dans La Clemenza di Tito de Mozart. Il chante avec le même bonheur les premiers rôles comme Lucio Silla et Idoménée dans les opéras éponymes de Mozart ou encore Œdipe dans Œdipus Rex d’Igor Strawinsky. Il tient aussi à l’→Opernhaus de Zurich sous la direction de →Nikolaus Harnoncourt des opéras de Monteverdi comme Incoronazione di Poppea où il incarne Néron. Parmi sa discographie importante, on retient les enregistrements d’Orfeo et de l’Incoronazione di Poppea de Monteverdi, de la Zauberflöte de Mozart, et surtout Pelléas dans Pelléas et Mélisande de Debussy sous la direction d’→Armin Jordan. Dès 1981, il se consacre exclusivement à la mise en scène et à l’enseignement. Il donne des cours au Conservatoire de Genève (1984-99) et fonde un Atelier vocal et dramatique dans le cadre de l’Opéra de Lyon (1981-90). Un portrait filmé lui est consacré: E. P., ténor (Plans-fixes n°1029, 1985).



Auteur: Jacques Tchamkerten



Source:

Tchamkerten, Jacques: Éric Tappy, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 3, p. 1795–1796.