Angelo Corti

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

* 11.12.1930 Bergamo (I), † 4.2.1993 Perugia (I). ∞ Marise Flach, comédienne.

Formé à l’école de mime du Piccolo Teatro de Milan, où C. suit l’enseignement d’Étienne Decroux (1953-54) et de Marise Flach. Il y rencontre Cino Tortorella qui l’engage pour être la marionnette Pippetto de la série télévisée pour enfants Il mago Zurlì (1955-56). Il joue en 1956 sous la direction de Flach un premier Recital di mimo, suivi d’une douzaine d’autres jusqu’en 1982, en parallèle avec son activité au Piccolo Teatro. Dès 1957, il tient en effet le rôle d’un des deux valets, puis du Portefaix dans Arlequin serviteur de deux maîtres de Goldoni mis en scène par →Giorgio Strehler (1957-60 et 1973-74), et assure un temps la doublure de Soleri pour le rôle d’Arlequin (1967-68 et 1979). Dès 1961, il joue un Lieutenant et Goebbels dans Schweyk dans la Deuxième Guerre mondiale de →Bertolt Brecht mis en scène par Strehler, et aussi dans La storia di Pablo de Sergio Velitti, d’après Pavese, réalisé par Virginio Puecher. En 1971, →Charles Apothéloz l’engage au →Centre Dramatique de Lausanne (CDL) pour donner un stage de commedia dell’arte, puis lui confie la mise en scène des Fourberies de Scapin de Molière (1973). Il est dès lors en Suisse romande l’un des protagonistes du renouvellement du jeu inspiré par la commedia, avec ou sans masque; il met en scène à Genève Le Chapeau de paille d’Italie de Labiche à la →Comédie (1980) puis Arlequin serviteur de deux maîtres de Goldoni avec le →Nouveau Théâtre de Poche, Genève GE (1982), et surtout à Lausanne, au CDL, Les Amants timides de Goldoni (1979), Les Archanges ne jouent pas au flipper de Dario Fo (1981), Le Prix des ânes de Plaute, adapté par →Lova Golovtchiner et Patrick Nordmann (7.12.1982), Orgasme adulte échappé du zoo de Dario Fo et Franca Rame, avec →Corinne Coderey (1984-87), puis encore Monsieur Bonhomme et les Incendiaires de →Max Frisch (1987). De 1972 à 1992, il est assistant à la chorégraphie auprès de Luca Ronconi, particulièrement pour l’opéra. En Italie, il est l’un des réformateurs importants de la pédagogie théâtrale: il a enseigné à Rome l’expression corporelle, le mime et la comme­dia dell’arte à l’Accademia d’Arte Drammatica Silvio D’Amico (1969-92), le mime à l’école de danse classique Renato Greco (1978-85) puis au Centre expérimental du cinéma (1983-86).

Bibliographie

  • Protagonisti dietro le quinte Angelo Corti, supplément au no 558 de Sipario, Milan, 1995.


Auteur: François Marin



Source:

Marin, François: Angelo Corti, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 1, p. 412.

Normdaten