Charles Joris

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

*  16.12.1935 Bulle FR. ∞ Io 1961 Maryvonne Leuba, administratrice. ∞ IIo 1987 Jacqueline Payelle, comédienne.

Après l’Université de Neuchâtel (1955-58), il se forme à l’École du Centre dramatique de l’Est à Strasbourg que dirige Hubert Gignoux (1958-61). En août 1961, il refonde le →Théâtre Populaire Romand (TPR) dont il prend la direction (1961-2001), travaillant comme acteur et surtout comme metteur en scène. Au TPR, il défend le travail collectif, l’entraînement permanent et polyvalent des acteurs et l’itinérance. Il crée en novembre 1961 au Casino du Locle Les Murs de la ville de →Bernard Liègme dont il réalise aussi Le Soleil et la Mort à Neuchâtel (20.7.1966) et Les Augustes à La Chaux-de-Fonds (1972). Durant cette période, son militantisme influence ses options artistiques, les scénographies sont modestes, le jeu très physique s’appuie sur l’improvisation: l’un des symbole en est la création collective Jeunesse 64, fiction construite comme une critique politique et sociale; réalisée pour l’Expo 64 à Lausanne. Il propose ensuite une série de spectacles destinés à l’enfance et à la jeunesse (1967-76) dont Le Roman de Renart (1969-75), le plus grand succès public du TPR. Homme pour homme de →Bertolt Brecht (1968) marque pour lui un tournant esthétique et politique. Dorénavant, il abandonne un certain réalisme dans le jeu au profit de la distance brechtienne. Il commence à aborder des cycles thématiques de spectacles et d’animation (1969-71), sur l’émigration avec entre autres La Double Migration de Job Cardoso de Pierre Halet (8.10.1970), ou sur l’urbanisme avec deux créations collectives autour de Le Corbusier (1975). Après une période d’expérimentation scénographique qui débute à la biennale du TPR de 1972, il commence avec Le Roi Lear de Shakespeare (1977) à essayer d’autres modes narratifs. Inaugurant la nouvelle salle de →Beau-Site à La Chaux-de-Fonds, il crée la version intégrale de Par-dessus bord de Michel Vinaver (3.6.1983). Parmi ses autres réalisations marquantes, on retient les trois pièces de Victor Hugo, mises en scène en soulignant leurs composantes populaires: les coups de théâtre en cascade du drame historique Marie Tudor (1994), l’aspect vaudevillesque du mélodrame L’Intervention (1995) et le fantastique dans la comédie Mangeront-ils? (1996). Il crée Le Tiroir suivi de l’armoire d’Emmanuelle delle Piane (27.11.1997). Il joue dans la trilogie italienne dirigée par Gino Zampieri (1990, 1993, 1999). Le Jeu de Hotsmakh d’Itsik Manger est sa dernière mise en scène comme directeur du TPR (2001). Il reçoit l’→Anneau Hans-Reinhart en 1975 et, en 1995, il est promu Chevalier des arts et lettres par la France.

Bibliographie

  • Claude Béguelin [et al.], Le Théâtre Populaire Romand, Berne, 1981.
  • Jean-Claude Blanc, "L’Impossible théâtre (essai d’autobiographie du Théâtre Populaire Romand)", copie dactylographiée à la Bibliothèque de La Chaux-de-Fonds, 1986.


Auteur: Yvan Cuche



Source:

Cuche, Yvan: Charles Joris, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 2, p. 938–939, voir figure p. 939.

Normdaten