Kursaal de Genève, Genève GE

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

Music-hall durant les saisons d’été (1900-64), lieu de production et d’accueil

Le bâtiment du K. est construit de 1884 à 1885 sur le quai du Mont-Blanc, au bord de la rade de Genève, selon les plans de l’architecte John Camoletti, que met au point François Durel, entrepreneur du projet. Aux salles de jeux et au restaurant, Durel ajoute une grande terrasse, un escalier monumental et une grande salle de spectacle, qui présente dès le 1er avril 1900 des programmes de music-hall. Monsieur Roy reprend la direction générale du lieu (1904-14), où il développe notamment jusqu’à la guerre des revues à grand spectacle, impliquant 80 à 150 artistes. Durant la Première Guerre mondiale, le lieu est privé de l’importante clientèle touristique et connaît diverses vicissitudes. Le bâtiment ferme même ses portes quelques années, avant d’être racheté par la Ville de Genève pour le prix de deux millions sept cent mille francs (9.9.1921). Dès lors le K. est aussi appelé à l’occasion "Casino municipal". Les sociétés d’exploitation se succèdent, et plusieurs grandes revues satiriques écrites par →Victor Snell s’y réalisent, durant les trois années où le →Casino-Théâtre n’en produit pas (1922-24). Des directeurs, comme en 1925 Constantin Bruni, auparavant directeur du →Grand Théâtre de Genève (1908-14), ou Adrien Henn (1929), exploitent ce lieu en y présentant du music-hall et de petites opérettes. En 1930, Henry Giovanna relance l’activité du K.: cet impresario genevois est aussi représentant exclusif pour la Suisse de l’agence Moriss et sa double position d’agent et de directeur l’amène à programmer de grands artistes, mais ceux qu’il a personnellement sous contrat. Le Conseil d’État ayant exigé son départ, lui succède donc comme directeur-administrateur, dès 1938, Auguste Dérouand, et Jacques Heinzen, déjà régisseur général, devient le responsable artistique du K. jusqu’à la fin des années quarante. Durant ce deuxième quart du siècle des directeurs présentent chaque été une riche saison de music-hall, dont le programme change hebdomadairement, comprenant aussi une grande revue en tournée et une autre produite sur place. Ces années comptent parmi les plus riches du lieu, malgré la crise économique puis la Seconde Guerre mondiale qui rend très aléatoire l’engagement de numéros étrangers: il est alors souvent fait appel aux artistes de cabaret helvétiques rentrés au pays. Après l’incendie du Grand Théâtre de Genève, la →Société romande des spectacles y organise les saisons lyriques d’hiver (1952-62) et le lieu est alors rebaptisé pour dix ans "Grand Casino". Sous la direction de Gilbert Burnand, la salle accueille principalement les spectacles de grandes troupes de danse ou de vedettes de la chanson. Jugé trop vétuste, cet exellent lieu de représentation est désaffecté en 1965, puis démoli en 1970 pour laisser place à l’actuel Hôtel Noga-Hilton bâti de 1978 à 1980, qui contient une nouvelle salle très pentue nommée à son tour Grand Casino, dont la scène polygonale est dévolue à de grands accueils internationaux.

Données techniques

adresse, quai du Mont-Blanc 19. Salle de 700 places à ses débuts et qui, après la restauration de 1930, en compte 1088, réparties en 225 fauteuils d’orchestre et 58 strapontins, 10 loges d’orchestre contenant 48 places, un parterre de 304 places, une galerie de 252 places avec à ses deux extrémités des loges d’avant-scène de 8 places chacune, et au dernier étage en fond de salle un amphithéâtre de 143 places. Au rez-de-chaussée, en arrière du parterre un promenoir dégage 42 places supplémentaires. Dimensions de la scène: ouverture 11 m., largeur mur à mur 21 m. 10, profondeur: 12 m. 50, hauteur totale 10 m., hauteur du cadre de scène 8 m., hauteur sous la frise 6 m. 60.

Bibliographie

  • Roland Hippenmeyer, Les Pâquis, Yens-sur-Morges, Cabédita, 1994.
  • Joël Aguet, "Le music-hall à Genève de 1938 à 1940", in Enquêtes sur le théâtre, Bâle, Theaterkultur, 1995.
  • Leïla el-Wakil, "L’ancien K.", in Les Monuments d’art et d’histoire du canton de Genève, t. 1, Bâle, Wiese, 1997.

Archives

  • plans aux Archives du Département de l’aménagement des constructions et de la voirie, Ville de Genève (AACV 1899/573).


Auteur: Joël Aguet



Source:

Aguet, Joël: Kursaal de Genève, Genève GE, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 2, p. 1058–1059, voir figure p. 1059.