Philippe Huttenlocher

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

*  29.11.1942 Neuchâtel. ∞ →Danielle Borst, cantatrice.

Après un diplôme de violoniste à Neuchâtel (1963), H. étudie le chant auprès de →Juliette Bise au Conservatoire de Fribourg, où il obtient un premier prix de chant en 1967. Dès cette époque, il participe aux concerts de l’Ensemble Vocal de Lausanne que dirige Michel Corboz, bientôt comme soliste au gré de nombreuses tournées et de plusieurs disques (Requiem de Fauré, Madrigaux et Vêpres de Monteverdi, passions de Bach). Ses débuts à la scène lyrique ont lieu à l’→Opernhaus de Zurich en 1978 lors du cycle Monteverdi dirigé par →Nikolaus Harnoncourt et mis en scène par Jean-Pierre Ponnelle: il y chante notamment le rôle-titre de l’Orfeo et reste l’hôte régulier de cet Opéra jusqu’en 1981. Il aborde ensuite plusieurs rôles lyriques, dont ceux de Valentin dans Faust de Gounod, Guglielmo dans Così fan tutte de Mozart, ou Golaud dans Pelléas et Mélisande de Debussy et divers personnages des Indes galantes de Rameau, principalement en Suisse, en France, en Allemagne. Baryton-basse au timbre ductile, c’est un musicien raffiné, capable de se mouvoir avec aisance dans l’oratorio, l’opéra et le récital de Lieder ou de mélodies. Au cours des décennies, il explore un répertoire toujours plus varié, de la musique baroque (Stradella ou Gluck sous la direction de Marc Minkowski) aux partitions contemporaines (→Frank Martin, Hans Werner Henze). Depuis 1994, il dirige le Chœur Da Camera de Neuchâtel avec lequel il a présenté entre autres Le Messie de Händel, Les Saisons de Haydn, l’Oratorio de Noël et La Passion selon saint Jean, de Bach, le Requiem de Brahms et créé une œuvre de →Guy Bovet: La Conférence des animaux. Pour l’→Opéra Décentralisé Neuchâtel, il chante aussi régulièrement sous la direction de Valentin Reymond. Lors de la →Fête des Vignerons de Vevey 1999 mise en scène par →François Rochaix, il incarne le dieu Bacchos.



Auteur: Alain Perroux



Source:

Perrouy, Alain: Philippe Huttenlocher, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 2, p. 893.

Normdaten