Théâtre Les Trois Coups, Lausanne VD

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

Compagnie indépendante de théâtre (1968-75), puis théâtre de poche et lieu de production (1971-85)

Compagnie fondée en 1968 par des élèves de →l’École romande d’art dramatique, dont →Gilles Thibault, sous la direction de Domingos Semedo, le T. débute par Le Couteau de Jacques Perret, au Caveau d’Yverdon en avril 1968. En plein air ou dans de petites salles, ils présentent au cours des trois saisons suivantes une dizaine de réalisations, deux farces moliéresques, des pièces courtes de grands auteurs du XXesiècle (Tchekhov, O’Neill, García Lorca, Beckett) et de nouveaux auteurs comme Eduardo Manet ou Jeanine Worms. En décembre 1971, ils s’installent dans leur propre lieu, à Lausanne, en louant la maison de la société d’étudiants Stella dont le premier étage sert de salle, et en obtenant le prêt par la Ville du local mitoyen, où ils dressent la scène après percement du mur. Directeur du lieu et metteur en scène, Semedo réalise dès lors trois à quatre spectacles par saison et en accueille un, qui suscite généralement un échange. Le répertoire devient presque exclusivement contemporain: hormis quelques grands noms de l’après-guerre comme Sartre, Camus, Beckett, Arthur Miller et Tennessee Williams, sont présentés principalement les auteurs qui émergent de la littérature dramatique des années soixante et septante: Obaldia, Pinter, Mrożek, Havel, Horowitz, Dubillard. De 1976 à 1982, la moitié des pièces réalisées là sont d’auteurs romands, avec à la clé de nombreuses créations, parmi lesquelles La Grande Marcelle de →Michel Viala en décembre 1976, Douze face à moi de →Jacques Probst en janvier 1977, La Gare est de l’autre côté du fleuve de →Simone Collet en juin 1977, Les Trois Visites du Dr Seeberg de Michel Buenzod (8.4.1980) et Les Beaux Exemples de Jean-Marc Lorétan (22.4.1980), ainsi que trois œuvres marquantes de →Bernard Liègme: Tandem (avril 1976), Les Archivistes (10.3.1981) et Solo, personnage unique, ordurier et fascinant, écrit à l’intention de Semedo, que celui-ci présente d’abord pour →Les Kulturtäter de Bienne en novembre 1976, puis au T. à Lausanne en février 1977 et dans une demi-douzaine de pays d’Europe. La volonté affirmée, dès 1978, de servir de pont entre les dramaturgies lusophone et romande manifeste une autre attention portée aux œuvres originales, menant à plusieurs tournées de productions romandes au Portugal, puis à la création en français à Lausanne de Branca Dias, ou la Sainte enquête de Dias Gomes (21.1.1981). En raison de divers problèmes de paiement de salaires, accusé d’incendie volontaire et de détournement de fonds, Semedo est emprisonné durant plusieurs mois en 1986; après quatre jugements, il est lavé de tous soupçons par le Tribunal fédéral (18.7.1989), mais le T. a déjà disparu, les deux parties du lieu ayant retrouvé leurs propriétaires.

Données techniques

adresse, av. J.-J. Mercier 15. Scène de 7 m. de large sur 6 m. de profondeur, haute de 3 m. 50. Loges pour 10 comédiens, bureau, salle de répétition et de construction de décors. Située au 1er étage, la salle offre 123 places. Superficie du lieu 240 m2.



Auteur: Joël Aguet



Source:

Aguet, Joël: Théâtre Les Trois Coups, Lausanne VD, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 3, p. 1925–1926.