Blanche Derval

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

*  vers 1895 en Bretagne (F), †  22.8.1973 Bruxelles (B). Née B. Pasquer. ∞ Io Max Peral, directeur de théâtre; ∞ IIo  M. Cruand.

Ses études terminées, D. débute à Bruxelles, aux Galeries St-Hubert. Pendant la guerre, elle joue en Hollande dans les représentations organisées par la propagande française. Elle interprète alors les grands rôles du répertoire moderne. Elle passe ensuite au Théâtre des Deux-Masques, à Paris, scène d’avant-garde où elle est remarquée. Elle y crée notamment le personnage de Solange dans Les Détraquées de Pierre-Louis Palau (19.2.1921), apportant dans cette composition comme dans tous ses rôles intelligence et sensibilité, sachant être dramatique en demeurant simple et pathétique sans larmoyer. André Breton en parle dans son roman Nadja comme de la seule comédienne du XXe siècle à l’avoir jamais impressionné. Elle défend le répertoire moderne de son temps et notamment celui d’Henry Bernstein. Elle joue à la →Comédie de Genève, Genève GE, où elle est engagée pour la saison 1922/23, puis y revient en 1930/31 et s’installe à Lausanne dans les années quarante. Au →Théâtre du Jorat, Mézières VD, elle crée le personnage de Yolande de Savoie dans Charles le Téméraire de →René Morax (27.5.1944) et elle est engagée dans la troupe du →Théâtre Municipal de Lausanne pour la saison 1944/45. Pédagogue, elle donne à Lausanne durant dix ans (1949-59) un cours de théâtre privé, où se forment notamment →Véronique Alain, →Nelly Borgeaud, →Jean-Marc Bory, →Roger Cuneo, →Jean Fuller, →Martine Jeanneret, →Alain Knapp, →Lise Ramu. Elle repart finir ses jours en Belgique.



Auteur: Rédaction



Source:

Rédaction: Blanche Derval, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 1, p. 460.