Gaston Faravel

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

*  15.12.1901 Lausanne VD, †  29.5.1947 Mézières VD. ∞  1924 Marcelle de Siebenthal.

Issu d’une famille de vanniers, F. suit dès 1915 une sorte d’apprentissage comme peintre de chevalet sous la direction de →Jean Morax, puis il est suivi et conseillé par →René Auberjonois (1917-26); il est aussi influencé par →Jean-Louis Gampert et Emilio Beretta notamment. Son premier travail d’importance est consacré à l’auteur dramatique →Fernand Chavannes: les décors de Bourg-Saint-Maurice créé à Genève par les →Pitoëff (27.10.1920) et présenté à Lausanne. Durant l’été 1923, il réalise les décors et joue le rôle du Satyre dans Le Satyre du Bois-Gentil film écrit et réalisé par →Alfred Gehri. Avec Gehri et →René Morax, il fonde l’éphémère Comédie romande et conçoit notamment dans ce cadre les décors de plusieurs pièces en un acte, comme Folies d’Espagne de Morax, Le Silence de la bonne d’Henri Roorda et Le Magasin de pompes funèbres de Gehri créées au →Casino de Morges (3.1.1924). Il y joue aussi un rôle de toréador en plus de s’être chargé des décors et des costumes du Ciné-drame de Morax. Il collabore plusieurs fois avec Jean Morax pour la création des pièces de René Morax, dont plusieurs spectacles du Théâtre romand des marionnettes à Lausanne (1924-27), et Le Tir de Morges, festival au Casino de Morges (8.7.1932). On retient surtout son travail au →Théâtre du Jorat, à Mézières, où il peint d’abord les décors conçus par Jean Morax pour Le Roi David (11.6.1921), puis le seconde pour Davel (19.5.1923) et Judith (13.6.1925), composant lui-même plusieurs décors et costumes de Roméo et Juliette (1.6.1929), les deux tiers des décors de La Belle de Moudon (30.5.1931). Il travaille à rénover les décors du Casino de Morges, brossant notamment un salon bourgeois, un salon rustique et un boudoir (1944) et repeint aussi d’après d’anciennes images les décors perdus d’Auberjonois pour une importante reprise de l’→Histoire du Soldat de →Charles Ferdinand Ramuz et Strawinsky (1945). Après la mort de Jean Morax, il est chargé de concevoir les décors de Charles le Téméraire (27.5.1944), puis décors et costumes pour La Lampe d’argile (31.5.1947), et décède le jour de la générale. Outre une œuvre de peintre de portraits, de natures mortes et de paysages, il laisse de nombreuses peintures murales et sur verre, décorant plus d’une vingtaine d’édifices religieux de Suisse romande, parmi lesquels la chapelle du collège de Saint-Maurice (1925), la chapelle du pensionnat Saint-Charles à Romont (1928-29), l’église de Siviriez (1933) et le chœur de la Chapelle de Notre-Dame-des-Mayens à Salvan (1946); il a conçu aussi puis exécuté douze vitraux de l’église de Bière (1930). Comme peintre, il a participé aux expositions nationales de Bâle (1919), Genève (1922), Zurich (1924), aux salons des peintres romands à Lausanne (1920-24) et a exposé à la Galerie Tanner à Zurich, en décembre 1932 à la Galerie Saint-Luc à Genève, en juin 1938 et en mars 1943 à la Galerie Vallotton à Lausanne.

Bibliographie

  • Frédéric de Diesbach, G. F., Neuchâtel, 1939.
  • Rosa-Théa Creton, Peintres morgiens et décors de théâtre, Morges, 1993.

Archives

  • Collection suisse du théâtre, Berne: 4 dessins de costumes pour La Lampe d’argile; Musée cantonal des Beaux-Arts, Lausanne: 6 tableaux et 9 gouaches.


Auteur: Joël Aguet



Source:

Aguet, Joël: Gastons Faravel, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 1, p. 558–559, voir figure p. 559.

Normdaten