Oskar Gómez Mata

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

*  13.3.1963 San Sebastian (E). ∞ 15.9.1993 Delphine Rosay, danseuse et comédienne.

Après avoir exercé brièvement la profession d’instituteur, G. commence en 1983 une formation théâtrale en Espagne avec le metteur en scène Miguel Ponce. En France, il suit l’enseignement centré sur le geste et le mime contemporain dispensé par Claire Heggen et Yves Marc du Théâtre du mouvement (1985), ainsi que les cours de →Serge Martin, d’abord à Paris (1985-86), puis dans son école à Genève, où il achève sa formation (1989-90). Cofondateur de la compagnie Legaleón-T, basée à Irun dans le Pays basque espagnol, il participe au montage collectif de Quecas, d’après Ghelderode et Camus (1987), et joue dans le spectacle clownesque Aspirantes qu’il co-signe avec Ana Perez (1988). G. dirige cette compagnie et signe sa première mise en scène personnelle, La Esclusa (Le Sas) de Michel Azama dont il conçoit aussi la scénographie (1991). Il présente ensuite à Genève Canción desde Isla Mariana (1992), invité par le →Théâtre de l’Usine (1993), et El Silencio de las Xigulas de l’écrivain galicien Anton Reixa (1994), présenté au Café Oblomov du →Théâtre Saint-Gervais (1995). Il participe aussi comme comédien aux chorégraphies d’→Évelyne Castellino, Maman, encore un tour au →Théâtre du Grütli (1990), et Moi, toi, peur à la →Grange de Dorigny (1996), avant de fonder à Genève sa propre compagnie, L’Alakran (1997). À son enseigne, il dirige et interprète à Saint-Gervais la création en français de Boucher espagnol de Rodrigo García (25.2.1997), dont il réalise ensuite Tombola Lear (1998) et ¡Ubu! (2000). À Saint-Gervais, où sa compagnie est en résidence depuis 1999, il dirige Cerveau cabossé 2: King Kong Fire d’Anton Reixa (2002). Dans ses spectacles, il multiplie les références humoristiques à l’actualité, à l’iconographie de la culture de masse, et les adresses au public. En 2001, il reçoit une carte blanche de trois jours pour occuper les sept étages de Saint-Gervais: il déploie à cette occasion son théâtre corporel et transdisciplinaire qui recourt à la danse contemporaine et à la performance. Au cours de cet événement, il joue dans L’Espongiforme de et mis en scène par Rodrigo García. Il monte aussi à Genève les pièces Zoo de nuit de Michel Azama à →La Parfumerie (1999) et Notes de cuisine de Rodrigo García à l’Usine (2002). En 2001, sa version en allemand de Boucher espagnol remporte le ZKB Förderpreis du →Zürcher Theaterspektakel.



Auteur: Jorge Gajardo-Muñoz



Source:

Gajardo-Muñoz, Jorge: Oskar Gómez Mata, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 1, p. 735.