François Chodat

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

* 18.3.1928 Genève. Père de Stéphanie C., comédienne.

Formé au Centre d’apprentissage d’art dramatique de la rue Blanche à Paris (1950-52), C. est dans la même promotion qu’→André Steiger. Avec ce dernier et Pierre Vial, il fonde en 1952 la Comédie du Centre-Ouest à Guéret (Creuse) et à Bellac (Haute-Vienne), groupe autogéré qui s’installe dans le Limousin prônant la décentralisation et la culture populaire. Il y joue le répertoire classique — principalement Molière, Shakespeare, Calderón, Lesage — et populaire, comme Priestley. En 1954/55, →Marcelle de Kenzac le dirige au →Théâtre du Petit-Chêne de Lausanne dans le rôle d’Albert Fragil de Doit-on le dire de Labiche, puis dans celui du beau et romantique major Serge Saranoff pour Le Héros et Soldat de G. B. Shaw. Il rejoint Jacques Fornier au Théâtre de Bourgogne (1955-59) et, en 1956, il tient au Théâtre National Populaire le rôle du Frère dans La Bonne Âme de Se-tchouan de →Bertolt Brecht pour Jean Vilar. En 1959/60, il travaille à la Comédie de Saint-Étienne, où il paraît notamment dans Le Cercle de craie caucasien de Brecht que met en scène Jean Dasté, puis tient le rôle du caporal Belair dans Les Coréens de Vinaver réalisé par Gabriel Monnet. Il joue ensuite à la Comédie de Provence (1962/63) et, de retour à Paris, pour Edmond Tamiz notamment le rôle-titre de Jacques le fataliste de Diderot au Théâtre Récamier (1964). Pierre Valde l’engage à la →Comédie de Genève, Genève GE pour créer le rôle de Martin dans Smara de →Paul Lambert (22.4.1965), →William Jacques celui de Felicano dans Éclatant soleil de l’injustice de →Walter Weideli (25.3.1968) et Jorge Lavelli le dirige dans Orden de Pierre Bourgeade au Festival d’Avignon (5.8.1969), comme vingt ans plus tard dans Opérette de Gombrowitz au Théâtre de la Colline (1989). Il joue dans La Celestina de Rojas que met en scène Jean Gilibert au Théâtre de l’Ouest-Parisien (1973), puis à la Comédie de Caen (1974-78) sous la direction de Michel Dubois et de →Claude Yersin. Depuis 1982 au Théâtre de la Huchette, il est le Professeur dans La Leçon de Ionesco montée par Marcel Cuvelier. En 1982, il tient le rôle de Krogstad dans La Maison de poupée d’Ibsen présentée par →André Faure au →Nouveau Théâtre de Poche à Genève. Philippe Adrien l’engage dans Le Baladin du monde occidental de Synge, à Rennes (1992) et l’invite à réaliser lui-même aux Rencontres de la Cartoucherie deux de ses propres textes: Professeur d’amour (1996) et 12 balles dans la peau (1997). Il joue un autre de ses textes, Altenheim, au Festival d’Avignon en 1999.



Autrice: Françoise Dubor



Source:

Dubor, Françoise: François Chodat, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 1, p. 381.

Normdaten