Guillaume Chenevière

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

* 25.2.1937 Genève.

Durant ses études, C. anime le Théâtre universitaire et, après avoir obtenu une licence en sociologie à l’Université de Genève (1958), il travaille d’abord comme rédacteur à la Tribune de Genève (1958-59), puis dans l’industrie automobile (1959-62) et comme sociologue au sein du Département de l’instruction publique de Genève (1962-63). Dès l’ouverture du →Nouveau Théâtre de Poche, Genève GE dirigé par Richard Vachoux, il en devient l’administrateur (1962-64). Durant cette période, il réalise les programmes des spectacles, assiste →Serge Nicoloff pour Les Amours de Don Perlimplin avec Belise en son jardin de García Lorca (1964) et figure dans Le Mariage de Monsieur Mississippi de →Friedrich Dürrenmatt mis en scène par →Gérard Carrat (1964). En 1964, il rejoint le →Théâtre de Carouge en qualité de secrétaire général, poste qu’il occupe durant une année avant de représenter la firme Chrysler à Rome (1965). En 1966, il devient administrateur général du Théâtre de Carouge dirigé par →Philippe Mentha. À ses côtés, il mène la phase itinérante de la troupe (1967-72), puis son installation dans le nouveau théâtre en 1972. À cette époque, il met en scène au →Théâtre Pitoëff, Genève GE les Dialogues d’exilés de →Bertolt Brecht (1969), La Paix d’Aristophane (1970) puis au Théâtre antique Le Malade imaginaire de Molière (1971). Il s’occupe aussi de la fusion du Théâtre de Carouge et de l’→Atelier de Genève, dirigé par →François Rochaix. Dès la saison 1972/73, il fait partie avec Rochaix, →Maurice Aufair et →Georges Wod de la direction collégiale du théâtre. Il a ensuite la responsabilité artistique de la saison 1974/75 dont la programmation est plutôt anglo-saxonne. À Carouge, il signe notamment les mises en scène d’Holocaustum d’Eduardo Manet (1972/73), de La Plus Forte de Strindberg (1974), de L’Affaire d’après Magritte de Tom Stoppard (1975) et de Rousseau  82, scènes historiques de la vie genevoise sous la Révolution, qu’il rédige en collaboration avec →Werner Strub (23.4.1974). En 1975, il entre à la Télévision Suisse Romande (TSR) en qualité de chef du département spectacles puis, dès 1980, il est directeur des programmes spectacles et culture. En 1986, il est nommé chef des programmes de la TSR, puis en devient le directeur général (1992-2001). Il retrouve le Théâtre de Carouge-Atelier de Genève pour adapter et mettre en scène Ajax de Sophocle (2001). Il écrit ensuite Che, autobiographie revisitée (Lausanne, 2001).



Auteur: Serge M. Zuber



Source:

Zuber, Serge M.: Guillaume Chenevière, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 1, p. 376.

Normdaten