Marika Hodjis

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

*  7.11.1940 Athènes (GR), † 22.6. 1987 Paris (F).

Arrivée en Suisse en 1946, H. obtient à Genève un baccalauréat en section latine puis entre à l’École des Beaux-Arts et des Arts décoratifs dont elle sort diplômée (1957-62). Elle suit une formation théâtrale au →Théâtre de Carouge avec →François Simon et →Philippe Mentha, et joue notamment avec cette troupe, sous la direction de Simon, Lora dans Réussir à Chicago de Walter Weideli (16.10.1962) et Dolores dans L’Ingénieux Sancho Pança de →Louis Gaulis créé au →Théâtre de Vidy à Lausanne dans le cadre de l’Exposition nationale (10.5.1964). Toujours à Genève, elle fait partie de l’Atelier Don Sapristi (1963-65) puis du →Théâtre de l’Atelier installé à la →Maison des jeunes et de la culture de Saint-Gervais où elle joue régulièrement jusqu’en 1967, notamment en alternance avec →Laurence Montandon la Femme dans Le Double de →Friedrich Dürrenmatt que met en scène Philippe Mentha (13.10.1965) et Béatrice dans Vu du pont d’Arthur Miller réalisé par Patrick Antoine (1966). Elle participe sous la direction de →François Rochaix à la création de Chapeaurouge de Raymond Golaz (7.1.1966) et tient le rôle de la mère du héros dans Garden Party de Vaclav Havel mis en scène par Vaclav Hudecek (3.5.1967). Elle vit et travaille à Paris dès 1969, où elle suit grâce à une bourse de la Ville et de l’État de Genève des stages de mise en scène donnés par Roger Planchon (1969/70). Elle assure la mise en scène et le montage du premier spectacle de →Zouc, L’Alboum de Zouc (1970-73), et travaille aussi avec des humoristes comme Pierre Péchin, Alex Métayer notamment et à diverses occasions pour Sylvie Joly. Elle est assistante de plusieurs metteurs en scène dont Jorge Lavelli pour Jeux de massacre d’Ionesco au Théâtre Montparnasse (11.9.1970). Elle monte avec →Jane Friedrich pour le →Théâtre Mobile Combien coûte le fer et Dansen de →Bertolt Brecht au →Caveau (1976) puis collabore avec →Francine Walter à un spectacle à partir de chansons populaires incluant théâtre, musique et peinture, Parlez-nous d’amour réalisé à la →Salle Patiño à Genève (1979). Poursuivant toujours en parallèle une recherche de plasticienne, elle commence à exposer ses travaux à Paris, notamment dès 1979 au Salon de la jeune peinture. En 1982, elle revient à Genève jouer le principal rôle féminin dans La Passion selon Pier Paolo Pasolini de René Kalisky que monte Michel Barras à la Terrasse Agrippa d’Aubigné (1982). Elle participe parfois aux spectacles comme conceptrice des décors et des costumes et notamment en 1982 et 1983 où elle dessine ceux de deux spectacles écrits par Alain Enjary et réalisés par Arlette Bonnard au Théâtre de Sartrouville: Huit heures à la fontaine et Marches ténébreuses. Son dernier travail théâtral la ramène à Genève où elle monte le Journal intime de Sally Mara de Raymond Queneau au Caveau, au printemps 1987.



Auteur: Joël Aguet



Source:

Aguet, Joël: Marika Hodjis, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 2, p. 856.

Normdaten