Daniel Briquet

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

*  29.6.1955 Genève.

Après quelques expériences dans des spectacles d’amateurs, B. entre au →Conservatoire de Genève, Genève GE et continue sa formation de comédien à l’École supérieure d’art dramatique du Théâtre national de Strasbourg (TNS), dirigée par →Claude Petitpierre (1977-80). Entre-temps, il joue Andrès dans Woyzeck de Büchner, dirigé au →Théâtre de Carouge par →Claude Stratz (1978). En 1980, au Festival d’Avignon, il tient le rôle de Biron dans Peines d’amour perdues de Shakespeare, mis en scène par Jean-Pierre Vincent. Dès lors, il paraît essentiellement dans des productions françaises, avec de premiers rôles marquants au Théâtre de Gennevilliers en 1981: Gaveston dans Édouard II de Marlowe que réalise Bernard Sobel, puis le valet Trivelin dans La Fausse Suivante de Marivaux dirigé par François Chattot. Il travaille à plusieurs occasions avec →Jean-Louis Hourdin (1982-89): il tient pour lui au Festival d’Avignon, et en tournée notamment à la →Comédie de Genève, Genève GE, les rôles de Léonce dans Léonce et Lena de Büchner (1982), puis de Gottfried dans Liberté à Brême de Fassbinder (1983). La même année, au Théâtre de l’Est Parisien, il est Saint-Just dans La Mort de Danton de Büchner, codirigé par Hourdin et Hélène Vincent, avec laquelle il retravaille ensuite souvent. Pour Jacques Lassalle, il joue à Avignon Angelo dans Emilia Galotti de Lessing (1985), et au Théâtre national de Chaillot, il est Agénor dans La Clé de Labiche (1986). On le voit aussi à la création de Pietro Aretino de Jean Jourdheuil au TNS (23.11.1985), puis à la Comédie de Genève. À Avignon, il met en scène et interprète avec François Chattot Juste avant Tamerlan de Michel Deutsch (1987), et semble dès lors se nourrir d’une régulière alternance de rôles classiques et contemporains. Il tient ainsi le rôle de Malcolm dans Macbeth de Shakespeare, dirigé au →Théâtre Vidy-Lausanne, Lausanne VD par →Matthias Langhoff (1990), puis celui de Ron dans Une envie de tuer sur le bout de la langue, réalisé au Théâtre 13 de Paris par son auteur, Xavier Durringer (1991). En 1994, il est Clitandre dans Les Femmes savantes de Molière, dirigé par →Nelly Borgeaud au →Théâtre Kléber-Méleau, Renens VD, puis il a le rôle masculin dans Le Paradis des Esquimaux de Boguslaw Schaeffer, créé en français par Dieter Kraft au →Théâtre du Grütli, Genève GE (12.4.1994). Mis en scène par →Claude Yersin au Nouveau Théâtre d’Angers, il joue d’abord Louis dans Le Pain dur de Claudel (1992), puis le Souteneur dans la création en français de Mariage à Sarajevo de Ludwig Fels (30.1.1996). On retient aussi son passage au Théâtre de la Tempête de Vincennes dans Hamlet de Shakespeare, dirigé par Philippe Adrien (1995/96) et au Théâtre de la Criée de Marseille, où il reprend son rôle de Tobie dans La Nuit des Rois que réalise Hélène Vincent (1998). En 2002 à Rouen, il dirige avec Alain Bezu Sous l’écran silencieux de Joseph Danan.



Autrice: Françoise Dubor



Source:

Dubor, Françoise: Daniel Briquet, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 1, p. 271–272.