Hélène Friedli

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

*  23.12.1945 Lausanne VD, †  12.10.1989 Bruxelles (B).

Esthéticienne diplômée, F. travaille d’abord à la Télévision Suisse Romande comme maquilleuse puis au →Théâtre de l’Atelier, qui monte Dans la jungle des villes de →Bertolt Brecht (1969). Elle assiste →François Rochaix pour Le Soleil foulé par les chevaux de Jorge Enrique Adoum au Parc des Bastions (14.7.1970), puis joue sous sa direction de jolies jeunes femmes naïves comme Jeanne dans Baal de Brecht (20.6.1972) ou Jenny Hicketier dans Le Bourgeois Schippel de Carl Sternheim (22.1.1974) et crée le personnage d’Olga La Remplaçante de →Michel Viala (été 1975). Comédienne permanente à Carouge, elle interprète une quinzaine de rôles comme celui de la mutine Dorinda dans La Ruse des galants de George Farquhar que réalise →André Steiger (1973), ou l’une des femmes de Comédie de Beckett présentée par →Philippe Mentha (1977) et le souple Palotin dans Ubu roi de Jarry mis en scène par →Michel Soutter (1976). Elle aborde ensuite le répertoire des amoureuses dominatrices comme Hippolyte, la Reine des Amazones, dans Le Songe d’une nuit d’été de Shakespeare mis en scène par →Martine Paschoud (1979) ou Natalia Ivanovna dans Les Trois Sœurs de Tchekhov (1977) et Éléonore femme de Maximilien Robespierre de Jean Jourdheuil et Bernard Chartreux (1980), deux réalisations d’→Hervé Loichemol, pour qui elle est aussi à Carouge l’un des deux élèves de Dans le Dos du maître d’Orlando Beer (6.4.1979). Elle joue dans Prométhée enchaîné d’Eschyle mis en scène par Manfred Karge et →Matthias Langhoff (1978), avec notamment →Laurence Montandon, et toutes deux tiennent un journal des répétitions qui donne naissance à Elles attendent Io dans le théâtre vide, récit fragmenté relatant cette expérience de comédiennes. Elles créent ce texte à Carouge en collaboration avec Martine Paschoud (18.4.1979). Les deux actrices fondent en décembre 1983 le Théâtre d’Appartement, un théâtre à domicile, jouant Bräker, une vie à vendre d’après Le Pauvre Homme du Toggenbourg d’→Ulrich Bräker, adapté par →Gilbert Pingeon, spectacle tourné en Suisse (1983-85), et entre autres au Théâtre La Mama, à New York (1985). Sous la direction de →Benno Besson, F. compose une piquante Thérèse de Grémonville dans Le Sexe faible de Flaubert à la →Comédie de Genève, Genève GE (20.3.1984), puis pour →André Steiger, elle est Andromaque dans Les Troyennes d’Euripide au →Centre Dramatique de Lausanne (1986). Dès 1983, elle travaille régulièrement avec Philippe van Kessel à l’Atelier Sainte-Anne de Bruxelles. Pour lui, elle est la meurtrière Geesche Gottfried, l’héroïne de Liberté à Brême de Fassbinder (1983) et participe aux spectacles La Trilogie du revoir de Botho Strauss (1984), Les Estivants de Gorki (1988) et Les Céphéides de Jean-Christophe Bailly (1989). Installée en Belgique dès 1987, elle joue aussi au Théâtre national de Belgique, notamment dans Maître Puntila et son valet Matti de Brecht réalisé par Marcel Delval et Michel Dezoteux (1987) et dans La Princesse Maleine de Maeterlinck que met en scène →Jean-Claude Drouot (1988).



Auteur: François Marin



Source:

Marin, François: Hélène Friedli, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 1, p. 642, voir figure p. 642.