Miguel Quebatte

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

*  24.10.1952 Saignelégier BE, actuellement JU.

Entré au →Théâtre Onze comme comédien stagiaire en 1979, Q. fonde en 1981 au côté de →Jacques Gardel l’→ATT et joue dans deux adaptations réalisées par Gardel d’un texte de Farid Uddin Attar, Le Langage des oiseaux au Théâtre Onze (1979-80), puis Le Voyage en Orient à la Salle Saint-Roch à Lausanne (1985). Il participe ensuite au Procès de Peter Weiss d’après Kafka que met en scène →Pierre Biner dans un hangar à Genève (1987) et incarne Giacometti dans L’Atelier d’Alberto Giacometti de Jean Genet réalisé par →Liliane Hodel à la →Grange de Dorigny (1988). Il adapte en collaboration les textes, construit des éléments scéniques et s’occupe de la régie pour Les Bacchantes d’après Euripide au parc Mon-Repos à Lausanne (1987) et L’Épopée de Gilgamesh à Dorigny (1988), deux productions de l’ATT que signe Gardel. Avec ce dernier, il participe à la transformation et à l’ouverture de l’→Arsenic (25.8.1988) et interprète Philostrate dans Le Songe d’une nuit d’été (1988) et le comte Capulet dans Roméo et Juliette de Shakespeare (1989), deux mises en scène de Gardel. Pour le chorégraphe →Philippe Saire, il est comédien-danseur dans Ah! Finir... à l’Arsenic (1989). Sous la conduite de →Dominique Meyer, il tient le rôle-titre dans Woyzeck de Büchner à l’→Octogone de Pully (1988) et interprète, à l’Arsenic, Héraclès dans La Conquête de la Toison d’or d’après Apollonios de Rhodes (1989) et Créon dans Les Arènes de Thèbes d’après Sophocle (1990). Emmené par →Gianni Schneider, il joue dans Une locomotive folle de Witkiewicz à la gare de Sébeillon à Lausanne (1990), puis dans Sik-Sik le maître de magie et Le Haut-de-forme d’Eduardo De Filippo à l’Arsenic (1992). Il participe à la création d’A-6-Rock de →Maurice Béjart au →Théâtre Vidy-Lausanne (21.4.1992), puis dit le monologue Simplement compliqué de Thomas Bernhard que monte Arlette Mérine au Théâtre Onze, spectacle qui obtient le prix romand du théâtre indépendant 1992. À l’Arsenic, il réalise sa première mise en scène: Moscou-Pétouchki d’après Vénédikt Erofeiev (1993). Dès 1994, avec Éric Gasser et Éric Lazor, il aménage puis ouvre le →Théâtre 2.21 (17.1.1995), dont il est l’un des principaux animateurs. Il y met en scène la parole poétique des exclus, la figure de l’idiot ou du laissé-pour-compte comme L’Homme aux poupées d’après Willy Fruttiger (1996), Le Manifeste de 1848 d’après Marx et Engels (1998); il adapte, joue et met en scène Le Poisson-Scorpion d’après Nicolas Bouvier (1999). Il interprète ensuite Sansuikyo, le chant des montagnes et des rivières de Dôgen (2001), crée le rôle de la petite vieille dans Chute d’ange à Bellevaux d’→Isabelle Bonillo (10.6.2003) et incarne le héros ascétique et clochard d’On m’appelle Woyzeck d’après Büchner et John Thomas Perceval réalisé par Jacques Gardel (2.9.2003).



Auteur: Georges Brasey



Source:

Brasey, Georges: Miguel Quebatte, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 2, p. 1448–1449.

Normdaten