Théâtre du Loup, Genève GE

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

Compagnie indépendante de théâtre, travaillant fréquemment pour et avec le jeune public; dès 1993, lieu de production et d’accueil

Fondé en 1978 par →Éric Jeanmonod, Véronique Berthet et →Sandro Rossetti, le T. est issu du Théâtre de La Lune Rouge (1974-77) et travaille d’abord avec des enfants. Le T. comprend dès 1978 un groupe musical, la Fanfare du Loup, qui se produit régulièrement en parade et en concert. Souvent associée aux créations du T., elle joue aussi pour d’autres metteurs en scène comme →Jean-Louis Hourdin et devient autonome en 1996. Dès sa première réalisation, Contes de Grimm à la →Salle Patiño (1978), le T. développe, dans des mises en scène le plus souvent signées collectivement, un théâtre de féerie et d’images, avec des jeux de pantomime et de masques gigantesques. Au →Festival du Bois de la Bâtie, le T. présente Cela se passait dans aucun pays particulier d’après Brigitte Fontaine (1979), Monsieur le Parrain d’après les frères Grimm (1980), puis Le Bal tragique d’Éric Jeanmonod, premier spectacle musical où l’orchestre joue un rôle central (1981). Il en est de même pour Happy Birthday to Loup conçu par Jeanmonod à la Salle communale de Plainpalais (1988), pour Petit hommage à Charlie Chaplin à Corsier-sur-Vevey puis au →Zürcher Theater Spektakel (1989) et pour Le Bal perdu à l’Alhambra (1993-98). Itinérante, la compagnie présente Les Curieux vinrent de loin d’après García Marquez à salle de la paroisse des Eaux-Vives (1981), puis monte au Parc Gourgas Ze Beach Hotel avec une majorité d’enfants-­comédiens (1982). La Maison de quartier de la Jonction accueille ensuite deux réalisations signées →François Berthet et Jeanmonod, à la mise en scène et aux décors: Buddy et Flappo brûlent les planches, inspiré par la bande dessinée de Gérald Poussin (1982-86) puis Krazy Kat d’après George Herriman (1984-87). Sous la direction de Jeanmonod, le T. monte au Parc des Bastions Recherche éléphants, souplesse exigée de Russel Hoban (1990). En 1990, la compagnie se constitue en association dont la direction est confiée collégialement à Jeanmonod, Rossetti et →Rossella Riccaboni qui mène des ateliers de formation théâtrale pour enfants et adolescents. En 1992, invité par →Claude Stratz, le T. investit la →Comédie de Genève avec Le Roi des enfants d’après A Cheng mis en scène par →François Berthet, La triste histoire de Marguerite qui jouait si bien du violon d’après David McKee dirigée par Riccaboni et Jeanmonod, un bal, et Le Retour de Krazy Kat d’après Herriman qui reçoit le prix romand des spectacles indépendants 1992. Après quinze ans de nomadisme, et avec le soutien financier des productions de →Matthias Langhoff, le Loup fait bâtir un théâtre modulable dans le quartier de la Jonction, et Contes noirs, thé brûlant d’après Paul Bowles et Sadeq Hedayat inaugure ce nouveau lieu (20.11.1993). Le collectif y produit depuis lors un à deux spectacles par saison. On retient Au cœur de la forêt d’après les frères Grimm (1995), Novecento d’Alessandro Baricco (1998) et Le Géant de Zéralda et autres histoires d’après Tomi Ungerer (1999), puis Géographie d’un rêveur de chevaux de Sam Shepard réalisée par →Dominic Noble (2000) et Zazie dans le métro d’après Queneau montée par Jeanmonod (2002). Le collectif poursuit par ailleurs un travail avec de jeunes acteurs, notamment sur Le Bourgeois gentilhomme de Molière (1997) et Émois, émois, émois écrit et dirigé par Noble et Riccaboni (2001). Le T. accueille aussi chaque saison une demi-douzaine de productions de compagnies théâtrales et de danse contemporaine.

Données techniques

adresse, chemin de la Gravière 10. Espace théâtral aménageable, conçu par Daniel Baillif et Roger Loponte, architectes, et édifié à partir de juin 1993. Dimensions de la salle: largeur 16 m., longueur 30 m., hauteur 9 m. 20; les gradins offrent jusqu’à 250 places.

Bibliographie

  • T. 1978...2003...Vingt-cinq ans d’images, Genève, 2003.


Auteur: Jorge Gajardo Muñoz



Source:

Muñoz, Jorge Gajardo: Théâtre du Loup, Genève GE, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 3, p. 1922–1923, voir figure p. 1923.