Bernard Escalon

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

*  10.4.1955 Montélimar (F).

Après avoir suivi les cours du Conservatoire de Grenoble (1973-76), E. entre à l’École Jacques Lecoq de Paris (1976-78), puis devient comédien permanent au Théâtre de Saône-et-Loire à Chalon-sur-Saône dirigé par Jacques Baillart (1976-78). Il fait ensuite partie du →Théâtre Populaire Romand (1980-83) et dans des mises en scène de →Charles Joris, il joue l’Abbé Chiari dans Princesse Brambilla d’Hoffmann (1980), Lépide dans Sophonisbe de Corneille (1981), Géronte dans Les Fourberies de Scapin de Molière (1982) et participe à la création de la version intégrale de Par-dessus bord de Vinaver à →Beau-Site à La Chaux-de-Fonds (3.6.1983). Au →Théâtre Am Stram Gram pour →Dominique Catton, il joue notamment le Sacristain efflanqué dans Le Testament du chien d’Ariano Suassuna (1986) et Gepetto dans Pinocchio adapté d’après Collodi par →Philippe Morand (4.3.1987). Sous la direction de →Matthias Langhoff, il joue le Père dans La Mission de Heiner Müller et le Commissaire dans Au perroquet vert de Schnitzler, spectacle présenté au Festival d’Avignon, puis au →Théâtre Vidy-Lausanne (1989); il est aussi le sous-lieutenant Alexeï Petrovitch Fedotik dans Les Trois Sœurs de Tchekhov au Théâtre national de Bretagne puis au Théâtre de la Ville, à Paris (1994). À Vidy, il joue Vassia dans Quelle tristesse, la fin de l’allée de et mis en scène par Rezo Gabriadze (9.3.1993), travaille avec →Laurence Calame dans Vive l’Europe de Paul Scheebart (1993) et incarne l’inquiétant "décastorisateur" Joseph Maszejko de Dans le petit manoir de Witkiewicz, mis en scène par →Nicolas Rossier (1996). Il crée le rôle de l’Officier allemand dans Le Courage de ma mère de George Tabori mis en scène par Philippe van Kessel au Théâtre national de la communauté française de Belgique à Bruxelles (20.1.1995), puis joue pour →Gisèle Sallin au →Théâtre des Osses (1997-2000), où il est Diafoirus Père dans Le Malade imaginaire de Molière (1997), Gaston Schmalz dans Frank  V de →Friedrich Dürrenmatt (1998, 2000) et Hermocrate dans Le Triomphe de l’amour de Marivaux (1999). Au →Nouveau Théâtre de Poche, Genève GE, il interprète Florkin le saxophoniste mélancolique dans Les Forts, les faibles de Jean-Marie Piemme (2001-02). Pour →François Marin, il joue le vieux bolchevique Prelapsarianov dans Slaves! de Tony Kushner à l’→Arsenic (2001) et participe à Quand je serai grand…, textes de Noëlle Revaz au →Petithéâtre de Sion (22.2.2002). Au Théâtre du Loup, il joue notamment le Docteur psychopathe dans Géographie d’un rêveur de chevaux de Sam Shepard que réalise →Dominic Noble (2000), puis Turandot dans Zazie dans le métro d’après Queneau que présente →Éric Jeanmonod (2002). Au →Théâtre de Carouge, il est Cléante dans Le Tartuffe ou l’Imposteur de Molière mis en scène par →Dominique Pitoiset (2002-04), puis il joue sous sa direction plusieurs scientifiques et docteurs dans La Peau de chagrin adaptée de Balzac au Théâtre national Bordeaux Aquitaine (2004). Au cinéma, il a joué notamment Hessling dans Faux rapports de Daniel Calderon (1990) et le Disquaire dans Rouge de Krzysztof Kieslowski (1993).



Auteur: François Marin



Source:

Marin, François: Bernard Escalon, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 1, p. 540–541, voir figure p. 541.

Normdaten