Roland Vouilloz

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

* 24.2.1964 Martigny VS. Frère d’→Anne V. et de →Christine V.

Après avoir fréquenté l’→ÉSAD (1988-90), V. tient pour →Philippe Mentha le rôle de Matti dans Maître Puntila et son valet Matti de →Bertolt Brecht au →Théâtre Kléber-Méleau (1990). Il travaille avec →Jean-Gabriel Chobaz, pour lequel il interprète à l’→Arsenic le Soldat dans Du sang sur le cou du chat de Fassbinder (1991) et l’avocat Taylor dans Les Affamés de Sam Shepard (1992), puis Moulineaux le Tailleur pour dames de Feydeau à l’→Octogone de Pully (1992). Au →Théâtre du Grütli à Genève, il crée le rôle du champion Willy Favre dans Le Meilleur du monde de et réalisé par →Pascal Rebetez (6.10.1992) et interprète le sous-lieutenant Fédotik dans Les Trois Sœurs de Tchekhov dirigé par →Bernard Meister (1993) qu’il retrouve pour jouer le Groom dans Le Grand Théâtre (de la nature) d’Oklahoma d’après Kafka (1998). Il interprète plusieurs rôles d’amoureux sensibles et malmenés comme Kurt dans Play Strindberg de →Friedrich Dürrenmatt, dirigé par →Daniel Wolf au →Petithéâtre de Sion (1994-95) ou Valère dans Le Tartuffe de Molière mis en scène par →Benno Besson à Vidy (1995-96). En 1997 pour →Jacques de Torrenté, il est Nick dans Qui a peur de Virginia Woolf d’Albee, réalisé au →Nouveau Théâtre de Poche (NTP), puis le jaloux Comte Almaviva dans Le Barbier de Séville de Beaumarchais dans l’Amphithéâtre de Martigny (1998) et repris à Sion pour les →Tréteaux de Malacuria (1999). Sous la direction de sa sœur et de →Joseph Voeffray, il figure d’abord le Pianiste dans Baal de Brecht au →Théâtre Vidy-Lausanne (1991); à l’Est du Pont Bessières, il interprète ensuite Rolando dans Les Pensées capricieuses d’après L’Arétin (1996) et sous l’Arche aménagée de l’autre côté de ce pont, James Tyrone dans Une lune pour les déshérités d’O’Neill (1998) et Alfred dans Légendes de la forêt viennoise d’Horváth (2000). Il interprète aussi Noël dans Les Guerriers de Philippe Minyana que réalise Philippe Sireuil au Théâtre de l’Ancre à Charleroi et au NTP (1999-2000). Dès le milieu des années nonante, il se trouve fréquemment associé aux principales réalisations de →Denis Maillefer, qui l’avait déjà engagé pour jouer à l’Arsenic Richie dans Streamers de David Rabe (1992). Il tient ainsi des rôles de premier plan, généralement des hommes sensibles au rêve trop lointain comme le prince Léonce dans Léonce et Lena de Büchner (1996), l’étudiant Trofimov dans La Cerisaie de Tchekhov (1996), Laurel dans Laurel et Hardy vont au paradis de Paul Auster (13.4.1999), Antiochus dans Bérénice de Racine (2000-01). Sous la conduite de Maillefer, il crée au NTP le personnage pathétique et solitaire de Je suis le mari de ***, monologue d’Antoine Jaccoud (8.2.2001) et interprète le Père dans La Supplication de Svetlana Alexievitch aux anciens ACMV - Ateliers de constructions mécaniques de Vevey (2001). Au Théâtre de Carouge, il est Antoine dans Antoine et Cléopâtre de Shakespeare que présente →François Rochaix (2003) et à la Comédie Léonte, roi de Sicile dans Le Conte d’hiver réalisé par Martine Paschoud (2004-05). Avec →Daniel Perrin, →Lee Maddford, →Yves Jenny, il fonde la compagnie de l’Œillade au →Théâtre de l’Échandole pour le spectacle Les Tribus modernes, travail musical et théâtral (1999). Au cinéma, il a notamment tourné avec Anne-Marie Miéville dans Lou n’a pas dit non (1994) et Nous sommes tous encore ici (1996), puis avec Francis Reusser dans La Guerre dans le Haut-Pays (1999).



Auteur: François Marin



Source:

Marin, François: Roland Vouilloz, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 3, p. 2030, voir figure p. 2030.